Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Bilan du mois de Mai - 2014

613 6

[Bilan] publié le 02/06/2014 à 00h10
« Petit pot de beurre, quand te dépetit-pot-de-beurreriseras-tu ? - Je me dépetit-pot-de-beurreriserai quand tous les petits pots de beurre se dépetit-pot-de-beurreriseront. »

Le mois de Mai laisse place au mois de Juin, le travail laisse place à la détente. Ce changement radical d'ambiance n'est pas toujours très simple à vivre, on se sent vide de tout !

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonsoir tout le monde,

Comment allez-vous en ce 1er Juin ? Dernières semaines de cours pour beaucoup, premières semaines de vacances pour les autres.. dont je fais partie ! On peut le dire, je suis clairement du bon côté de la force en ce moment. Plus de pression, moins de fatigue et pourtant, toujours des réflexes un peu étranges adoptés au cours de ces derniers mois... Dans ce bilan, je vous propose un retour sur le mois de Mai et je terminerai par quelques mots sur le mois de Juin.

Fin de deux ans de PACES : effets secondaires

Article lié :
- Deuxième année de Première année achevée

Je ne vais pas revenir en long et en large dessus, je l'ai fait suffisamment dans le précédent billet et je risque de le faire encore dans le prochain, qui sera consacré aux résultats. Le mois de Mai a sonné le glas de 625 jours en PACES, passés à étudier de la chimie, de la biologie, de la biophysique, de la sociologie, de l'histoire, du droit, de l'anatomie, de la génétique.. et plein d'autres. C'est fini depuis une semaine et demi maintenant et ça ne me manque pas !

Mais dans un sens, on ressent le vide que ça crée de ne plus avoir à travailler, se lever tôt, se coucher tard... Oh je ne me couche pas plus tôt, mais je me lève bien plus tard en tout cas ! L'ennui apparaît très vite quand on n'est plus occupé comme on l'était1.
La P1 laisse donc quelques traces de ce genre : le réflexe de se poser à son bureau, de chercher ses cours dans son ordinateur, de surveiller très régulièrement les heures ou le besoin de travailler, presque comme un manque. Sans exagérer, je dirais qu'on frôle parfois l'addiction2 au travail et que se retrouver en vacances subitement, bien que ce soit très agréable, reste malgré tout un sevrage étrange à vivre. Rien de méchant bien sûr, mais c'est une transition à passer pendant quelques jours, voire quelques semaines.. mais pour notre plus grand bien !
En conséquence, il est insupportable de ne rien faire. On n'avait pas d'Unité d'Enseignement comportant cette matière, on a oublié comment ça s'applique.

Début des vacances : Cellul'z ?


Ne rien faire, ça reste néanmoins une occupation raisonnable et populaire à pratiquer quand on est en vacances. Je dois avouer que cette année, il m'est moins aisé d'embrayer immédiatement sur Cellul'z ou ce genre de projet car je suis plus dans l'attente des résultats de mon année qu'autre chose.

Mais je vais m'y mettre et j'ai déjà déblayé le terrain. Comme toujours après des mois de pause dans le développement, je suis obligé de refaire le tour pour constater d'éventuelles choses à corriger rapidement. Rien de ce côté, alors j'ai profité de ces quelques jours de faible activité pour rédiger les fameux tutoriels qui manquaient à Cellul'z -enfin ! Il sera désormais possible pour le joueur débutant de démarrer sa culture de cellules dans de bonnes conditions.
C'est une bonne chose de faite, mais rien d'extraordinaire. Effectivement, les prochaines étapes de développement seront axées sur des éléments bien plus accrocheurs : un mini-jeu pour le cerveau (peut-être même deux) dont je vous avais parlé en Janvier et l'arrivée de nouveaux organes (cœur, pancréas, estomac ?). J'espère que j'aurais du lourd à vous présenter, même si de nombreuses choses sont encore à faire.

Je reparlerai de Cellul'z et de l'avancée du développement de manière plus détaillée prochainement.

Juin : un tiers, deux tiers


Dix jours de vacances, voilà pour le début du mois de Juin. Mais le 11, les résultats du concours tombent. Rien que d'y penser, j'ai les gyri qui se nouent. Les vingt jours restant de ce mois de Juin dépendront intégralement de ces résultats, c'est évident. En attendant, il m'est encore difficile de trop m'avancer. Si c'est positif, il y aura des réunions d'information et un mois de stage cet été. Si c'est négatif, mon moral ne sera pas à son meilleur niveau pendant un moment.

Dix jours de vacances, vingt jours en suspens.

Conclusion


Bilan court finalement. Il ne s'est pas passé grand chose depuis la dernière fois. Il risque de ne pas se passer grand chose non plus d'ici aux résultats, sauf si le développement de Cellul'z se porte bien. Rendez-vous vers le 11 donc, au plus tard.

D'ici là, portez-vous bien :) !

1. Je dis « on » car c'est un sentiment partagé par bon nombre d'étudiants, comme j'ai pu le constater encore cette année.
2. Sans doute que certains qui forcent trop pendant l'année tombent carrément dedans (au risque du burn-out).

Autres articles dans la même catégorie :
Bilan du mois de Septembre - 2016 (01/10/2016)
Bilan du mois de Janvier - 2016 (01/02/2016)
Bilan du mois de Septembre - 2015 (01/10/2015)

Commentaires

elfabixx
02/06/14, 02h08

Si tu as pas ton année, tu fais quoi, btw ?

Flavio
02/06/14, 12h45

J'y réfléchis encore. L'option la plus commune, voire caricaturale, c'est de poursuivre en fac de bio histoire de faire valoir les deux années perdues, mais il parait que c'est loin d'être aussi passionnant. Puis quelles débouchées ensuite ?
Ou le droit ? C'est tentant, même si ça ouvre sur des métiers où on se prend la tête toute sa vie ensuite et je ne suis pas sûr d'avoir envie de ça. Mais pourquoi pas.

Je n'ai absolument aucun projet mûr en cas d'échec complet. J'espère que les résultats feront déclic si jamais je me retrouve dans la nécessité de me ré-orienter. Après deux P1, on en a tellement bavé qu'on se sent capable de tout faire, avec cependant la réticence de repartir à zéro. Normal, deux ans pour rien, ça ne donne pas franchement envie de poursuivre.

Mais échec complet, ça voudrait dire que je n'aurais réussi à décrocher de place ni en médecine, ni en maïeutique, ni en kinésithérapie -alors qu'aux dernières nouvelles, je peux envisager raisonnablement d'avoir l'un des trois. Si je n'ai pas médecine, je me rabattrai d'abord sur l'une des deux autres filières si ça m'est possible. Kiné pourquoi pas, et devenir sage-femme me conviendrait également.

Malike
14/06/14, 09h48

Pas d'article ? Doit-on craindre le pire ?

Flavio
16/06/14, 05h18

Malheureusement, je n'écrirai pas le billet que j'aurais voulu... Mais ce sera un joli billet quand même.
Seulement, afin de faire au plus juste concernant ma réaction et mon futur, je préfère attendre que d'autres choses prennent forme : qui dit réorientation dit aussi démarches administratives et j'ai horreur de ça, même quand ça se passe bien !

Je prévois un billet avec tout le détail de ces derniers jours : mes résultats en détail, mon analyse (qui vaut ce qu'elle vaut) et ce que je prévois de faire ensuite -sur ce point, je suis maintenant bien plus orienté que dans mon précédent commentaire. « Craindre le pire », c'est donc une bien grande expression ;) !

Malike
16/06/14, 05h56

Désolé pour toi. Et encore plus désolé pour les démarches administratives smiley
C'est passé pour moi !

Flavio
19/06/14, 12h33

Sans surprise ! Bravo smiley

Pseudo :
Recopier « outrai » à l'envers :