Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Terminé

781 2

[PACES] publié le 18/06/2014 à 18h55
« Ce sont les échecs bien supportés qui donnent le droit de réussir. » - Jean Mermoz

Environ une semaine s'est écoulée depuis l'annonce des résultats. Pas géniaux. Mais ce n'est pas grave.

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonjour,

Voilà enfin le billet dans lequel je vais présenter les résultats de ma deuxième année en PACES. Ça fait presque une semaine qu'ils ont été publiés, mais j'ai un peu tardé pour le bilan... En effet, ces résultats ne correspondent pas à ceux que j'aurais souhaités et j'ai préféré attendre d'avoir tout le recul nécessaire pour vous en faire part dans le détail, avec un meilleur aperçu des perspectives qui se présentent désormais.

Bilan : contre-performance


J'avais eu la chance d'éviter cette situation lors des précédentes épreuves : la contre-performance. Autrement dit, la grosse dégringolade de places, des notes très insuffisantes qui me font chuter dans le classement, etc. Mais cette fois-ci, ça n'a pas manqué : j'ai perdu environ 110 places entre le premier et le second semestre dans le classement médecine. Ouais, le rapport est vite fait : perdre 110 places quand il fallait que j'en remonte seulement 20, ça fait beaucoup.

Je dirais même qu'à ce point, c'était inattendu. J'avais envisagé tous les cas, mais pas celui-ci à ce point. De manière raisonnable, je savais que si je remontais, ça n'aurait pas été fulgurant, et ça aurait tout juste suffit à combler ces vingt places qui me manquaient. Toujours raisonnablement, il était aussi probable que mon classement n'évolue pas et que je me retrouve coincé pour médecine, mais toujours relativement large en kinésithérapie ou en maïeutique. Enfin, en cas de perte de places, parce que je l'ai envisagé aussi, je n'ai jamais compté plus de 10, 20, 30 ou 40 places de moins, ce qui m'aurait permis de sauver encore kinésithérapie ou maïeutique, moins confortablement, mais c'était jouable quand même.
Mais avec 110 places de moins, je ne me retrouve même pas dans cette dernière situation et il ne m'est plus permis d'envisager ni kiné, ni maïeu, bien que je sois en liste complémentaire pour ces deux filières -exclu pour médecine.
Pour être tout à fait exact, pour maïeutique, il faudrait que 170 personnes classées devant moi dans cette filière choisissent n'importe quelle voie, sauf cette filière, pour que j'accède à la dernière place... Théoriquement c'est possible, techniquement c'est improbable.

Les affectations définitives doivent être annoncées le 20 Juin vers 10h, mais comprenez bien que je ne m'attends à rien.

Acceptation avec un soupçon d'incompréhension


J'ai finalement accepté ces résultats très vite sans ressentir trop de déception. J'ai ressenti un contrecoup après avoir découvert les résultats, naturellement, mais je m'en suis vite remis. Il a fallu que les dernières traces de fatigue et de stress s'expriment avant de disparaître. Le soir même, ça allait déjà bien mieux et j'étais presque capable d'en rire. Si on me l'avait dit, je n'y aurais pas cru, mais ça ne m'apportait rien de me morfondre de toute façon.

Dans la soirée, j'ai fait l'effort de regarder mes notes dans le détail -dans l'après-midi, on ne regarde que son classement, on s'en fout complètement du reste !!- pour voir ce qui avait été la cause de ma chute dans le classement. La raison aurait pu être simplement des notes insuffisantes sur l'ensemble des matières, d'où ma non progression et a fortiori, cette chute. Il y a de ça, indubitablement, et je ne peux que l'accepter. Ce qui joue là-dessus, ça peut être de la chance, ça peut être du travail, ça peut être de la concentration... J'ai une part de responsabilité dedans, mais au vu de ce que j'ai fait pendant deux ans, je ne peux pas considérer que ça a manqué pleinement par faute de ma part. Pas de regrets.

Mais l'acceptation de résultats un peu faibles, ça ne veut pas dire que je comprends certains résultats incohérents... Oui, incohérents ; doublement incohérents d'ailleurs.
Tout d'abord en UE2 : la matière la plus travaillée l'année dernière et la plus travaillée cette année. Et bien figurez-vous que j'ai réussi à faire moins bien que l'année dernière. Pire, ma note en UE2 cette année est pire que ma pire note l'année dernière (UE5, l'anatomie, que nous avions passée deux fois). Comment c'est possible ? Pft.
Deuxièmement en Spé Médecine. Alors là, ça me dépasse complètement. C'était ma meilleure matière l'année dernière et ce, sans réellement la travailler1. Fort de cette réussite, j'avais mis beaucoup d'espoir dans cette matière cette année et pour conforter ce résultat, je n'ai pas manqué de la travailler sérieusement et avec passion. Et ben là, pareil : en tant que carré préparé, j'ai réussi à faire moins bien qu'en tant que bizuth dépassé. C'est à s'en taper la tête contre les murs, je vous assure.

Clairement, c'est l'illustration parfaite du fonctionnement hasardeux de la sélection en PACES. Je n'en avais pas vraiment eu ; en veux-tu ? En voilà. Faire moins bien avec plus de travail, justement sur les matières les plus travaillées, c'est quand même incroyable. Néanmoins, cette couille incohérence dans le système m'a aidé à digérer ma chute. Je ne vais pas tomber dans l'argument c'est le système qui est pourri parce qu'il n'y a pas que de ça, mais je ne m'abstiendrai pas de souligner que la PACES, ça peut donner lieu à des résultats complètement abscons et cela contribue largement à une forme d'injustice. La sélection n'en est que plus absurde dans ces conditions...

Réaction réorientation


Je disais dans les commentaires du billet précédent, qu'en cas de nécessité de me ré-orienter, j'espérais avoir un déclic quant au choix que je devrais effectuer.

Le mieux, c'est pourtant bien de ne pas choisir. Les options évidentes étaient pour moi, soit de poursuivre en biologie afin de profiter un minimum de mes connaissances de P1 tout en restant dans un domaine qui me passionne, soit de tenter le droit pour repartir à zéro complètement et envisager des projets totalement différents. Mais aucun des deux ne me convenait pleinement : biologie tout seul ça fait (à tort, mais c'est une impression) parent pauvre de la médecine et droit, ça semble juste chiant, même si les horizons proposés m'ont déjà intéressé.
Et bien plutôt que d'hésiter entre l'un et l'autre et choisir tels avantages et tels inconvénients de telle filière, je vais opter pour les deux. Double licence. Tant qu'à faire ! Biologie et Droit m'intéressent tous les deux, mais ça me déplaît de ne faire que l'un ou que l'autre. En plus de bien m'occuper comme j'en ai eu l'habitude en P1, ça me permet de conserver un horizon large et ça me rassure. Puis ça peut être des formations complémentaires, me permettant d'ailleurs de retomber sur des domaines abordés en médecine : pourquoi pas l'expertise juridique dans des laboratoires ou dans des hôpitaux ? Pourquoi pas la police scientifique, ou autres domaines plus ou moins liés avec la médecine légale ?

J'écris donc ce billet après avoir réfléchi à cette idée et demandé mon accès en deuxième année de biologie. Mes notes en PACES sont insuffisantes pour passer en deuxième année de médecine, mais j'ai la moyenne quand même (reçu-collé) et je vais tenter de la faire valoir, histoire de ne pas recommencer en première année. J'ai envoyé mon dossier, j'espère que ce sera positif -au pire, je reprends quand même en première année de biologie, peu importe. Je m'inscrirai ensuite en première année de droit, comme n'importe quel néo-bachelier, et ce sera ensuite à moi de tenir le rythme entre les deux. Si ça existe, c'est que c'est faisable et si c'est faisable, autant le tenter.
Ça m'impressionne un peu, mais je sors de P1 la tête haute, qu'est-ce qui peut bien me faire peur !

Parallèlement, je ne boude pas l'idée de passer chaque fois qu'il me sera possible, les examens d'admission en médecine en Italie2. Ça avait merdé cette année lors de l'inscription, mais l'année prochaine je pourrai préparer ça plus sereinement. En outre, la PACES change dans les années à venir et particulièrement à Angers ; il sera peut-être possible pour les étudiants de réintégrer les études de médecine en France, même après deux échecs en PACES. Alors rien ne dit que médecine, c'est définitivement terminé3.

Je précise enfin que j'ai jusqu'au 27 Juin pour faire une demande de triplement en PACES, avec décision le 2 Juillet.

Bilan


Deux années de P1 qui n'ont pas abouti, c'est comme ça. Ça arrive à des milliers d'étudiants tous les ans, et parmi ces étudiants, je fais malgré tout parti de ceux qui s'en sortent le mieux. Deux ans, c'est beaucoup, mais je ne les regrette pas. Ça a été une expérience difficile mais aussi très drôle et dont je ne conserverai que les meilleurs souvenirs et les meilleurs enseignements. Comme dit, j'en sors la tête haute, malgré l'échec final. Ça n'a pas vraiment la couleur d'un échec en fin de compte et je ne prévois pas le vivre ainsi. Je n'ai pas de vrai deuil à faire, j'ai détaillé les possibilités que j'avais de revenir à la médecine ou d'étudier dans un champ qui s'y rapporte. Je suis confiant et de nouveau motivé. Les résultats ont eu ça de bon de me retirer une sacrée pression qui commençait à peser lourd sur mes idées.

Conclusion


Je pense avoir fait le tour. L'essentiel a été dit je pense. Maintenant, il ne me reste plus qu'à profiter de mes vacances, parce qu'elles commencent réellement maintenant.

Je vous tiendrai au courant des retours que j'ai concernant mes inscriptions et si tout se passe bien comme prévu. De même, je continuerai à vous informer sur le blog de mon parcours et de ma vie étudiante, que ce soit en bio, en droit ou ailleurs plus tard ; on verra ce que les mois et années à venir me réserve !

Je vous remercie très sincèrement pour votre lecture au cours de ces deux années de première année.

1. En plus de ne pas avoir pris le temps de tout apprendre, je m'étais attelé à l'embryologie -le gros de cette UE- une semaine avant les épreuves. C'était quand même complètement dingue.
2. Je ne tenterai pas médecine en Belgique ou en Roumanie.
3. Il est également possible d'intégrer une deuxième (voire troisième il me semble) année de médecine sur dérogation, après avoir obtenu un master en biologie.

Autres articles dans la même catégorie :
Finalement, la maïeunnaise a pris (21/06/2014)
Terminé (18/06/2014)
Deuxième année de Première année achevée (24/05/2014)

Commentaires

Carééééé
19/06/14, 10h49

Salut Flavio smiley

Je suis désolé pour toi en te lisant ... Les deux incohérences dont tu as été "victime" montrent bien que la réflexion et le réel travail des élèves ne sont pas jugés lors de ce concours, mais bien la capacité à se mettre dans un "moule" pour "réussir" ; et c'est bien dommage ! Cette méthode d'évaluation n'est pas la tienne, espérons que tu t'épanouiras dans ce que tu entreprendras, quoi que ce soit smiley

P-S : les 170 places à doubler que tu évoques en maïeu me rendent perplexe. Cela veut dire que tu es 171 dans cette filière ? Car l'an dernier le dernier pris était 181, et en kiné 191 ! Si je n'ai pas mal compris, tu as quand même tes chances avec de l'espoir dans ces filières ! smiley

Flavio
19/06/14, 02h57

Pour maïeu, j'ai compté différemment : je suis 195ème et si je ne dis pas de bêtises, il y a 25 places de dispo. Donc si 170 personnes parmi ces 194 prennent tout sauf maïeu, je peux avoir la 25ème place. Donc ça reste possible, mais improbable car effectivement, l'année dernière (et même l'année d'avant), le dernier pris était plutôt 180ème que 195ème...
Kiné je n'en parle même pas, j'ai été refoulé 230ème smiley ! Pour mémo, j'étais 151ème en kiné et 129ème en maïeutique au premier semestre, ce qui rendait ces options encore largement envisageables.

Merci pour les encouragements smiley

Pseudo :
Recopier « oupred » à l'envers :