Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Abrégé de l'Art des Accouchements

965 0

[Maïeutique] publié le 07/12/2014 à 21h47
« Le volume extraordinaire de la tête de l’enfant, ni la mauvaise conformation du bassin de la mère, ne sont pas aussi communs que l’ignorance de la Sage-Femme de Campagne. » - Madame du Coudray

Ça peut paraître fou mais je viens de republier un bouquin du XVIIIe siècle.

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonsoir à tous,

On se retrouve ce soir pour un billet un peu particulier par rapport aux précédents, car je dois vous annoncer l'aboutissement d'un petit projet que je mène secrètement depuis fin Septembre.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ma passion pour les vieux livres de médecine ? J'en poste parfois des extraits sur Twitter. Et bien cela fait quelques semaines que je me suis mis dans l'idée de rééditer un ouvrage publié il y a de ça 260 ans au moins, afin de le rendre facilement accessible à tous ceux qui pourraient être intéressés par sa lecture à notre époque.
Je parle du court traité Abrégé de l'Art des Accouchements, rédigé par Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray, considérée comme la première maîtresse sage-femme.

Madame du Coudray et son Abrégé


Je ne m'étalerai pas ici sur la vie de Madame du Coudray1. Néanmoins, on peut mentionner une de ses inventions, sa machine, en réalité un mannequin représentant le bassin d'une femme et un fœtus attaché par son cordon ombilical, qui lui a permis de transmettre son enseignement de manière à la fois théorique et pratique aux nombreuses sages-femmes qui l'ont suivie.
Elle s'est ainsi consacrée au développement de la profession de sage-femme à travers la France ; n'ignorant pas le grave manque d'éducation dont pouvaient souffrir les femmes destinées à ce rôle dans les lieux les plus reculés de Province. Et surtout, la souffrance que cette méconnaissance pouvait entraîner chez les mères et les enfants lors des accouchements.

En rédigeant cet Abrégé, Madame du Coudray n'a pas la prétention de supplanter les écrits des médecins et chirurgiens de l'époque par les siens, mais plutôt de les rendre limpides pour qu'ils soient compris par le plus grand nombre.

Elle y décrit ainsi l'ensemble de la méthode obstétricale de son époque, utile à la plupart des cas d'accouchements, ainsi que différents gestes et procédés visant à accueillir le nourrisson dans le monde extérieur. Tout cela, sur fond d'époque : connaissances anatomiques exactes ou parfois approximatives, pratiques médicales empiriques ou traditionnelles et la prévalence importante des cas de mortalité maternelle et infantile. La médecine moderne telle qu'on la connait aujourd'hui n'en est encore qu'aux premières étapes de son incroyable évolution au XVIIIe siècle et il faudra attendre encore quelques années avant de voir apparaître une thérapeutique digne de ce nom, des comportements aseptiques, l'anesthésie ou tout simplement... une pratique courante de la césarienne !

Intérêt de cette réédition


L'intérêt premier de cette réédition est pour moi historique : il permet d'observer à travers l'enseignement de la maïeutique, l'avancement de la médecine certes, mais aussi de la société au XVIIIe siècle. C'est autant le siècle des Lumières que celui de la Révolution française, et il me semble inutile de développer les changements économiques et sociétaux que ça a impliqué. Cet Abrégé est une petite fenêtre sur cette période.
Comme le décrit Madame du Coudray, tout l'intérêt d'éviter la mortalité infantile, c'est de conserver les sujets du Roi -qui deviendront finalement par la suite, les citoyens de la République. C'est aussi un devoir religieux : assurer la naissance d'un enfant et sa survie jusqu'au baptême, c'est une mission difficile, mais qui promet une récompense importante à qui l'accomplit.

L'intérêt second, c'est que je n'ai pas trouvé de réédition récente de cet ouvrage. Certes, il est aisé de trouver des numérisations des éditions originales. Mais ça n'était pas du luxe de dépoussiérer un peu l'ouvrage : en effet, il est rédigé dans un français légèrement usé.. et les assemblages de pages numérisées au format .PDF, c'est bien, mais c'est peu pratique.
Ainsi, j'ai recopié l'intégralité de cet Abrégé directement au format ebook .EPUB : il est désormais possible de lire ce traité sur son téléphone, sa tablette, sa liseuse ou son ordinateur facilement. Il est même théoriquement possible d'envisager une version papier, mais là, il me faudra le soutien d'un éditeur !
J'ai également pris soin de conserver le texte original, tout en adaptant l'orthographe de l'époque à celle qui est la notre aujourd'hui. L'œuvre est donc modernisée de fond en comble et prête à être de nouveau transmise dans les siècles à venir.

Publication


Cette édition nouvelle comporte trente-huit chapitres illustrés rédigés par Madame du Coudray, ainsi que douze observations sur des cas singuliers ajoutés par l'éditeur original de l'œuvre. J'ai également créé la couverture, en utilisant une illustration d'un traité de William Smellie2, un obstétricien écossais du XVIIIe siècle également.

Par curiosité, et afin que ce travail de réécriture ne soit pas uniquement un passe-temps, j'ai tenté de publier et de mettre en vente cet ebook sur Amazon. Cela permettra également d'en assurer la diffusion ; du moins bien plus efficace que si je me contentais de le diffuser via le blog, vous vous en doutez bien.


→ Amazon :
Abrégé de l'Art des Accouchements, dans lequel on donne les préceptes nécessaires pour le mettre heureusement en pratique.

Bon je ne suis pas méchant sur le prix, non seulement parce que le livre est court et parce que je n'espère pas faire ma richesse dessus. J'ai fixé le livre à moins de 3€, ce qui me permet de percevoir 1€ tout rond par vente. Si jamais l'Abrégé vous intéresse, sachez donc que cet achat est aussi un moyen de me soutenir !
Déjà n°1 des ventes d'ebook (sur 7) et n°13 des livres dans la catégorie « Accouchement » et n°27 des livres dans la catégorie « Sciences, Techniques et Médecine - Anatomie ». Quel succès3 !

Je réserverai un espace pour la promotion du livre sur le blog ultérieurement, avec d'autres modalités de téléchargement.

Table des matières


Je vous présente la table des matières et des observations pour vous donner un aperçu du contenu de l'Abrégé :

• CHAPITRE I - Des qualités requises aux femmes qui se destinent à l'Art des Accouchements
• CHAPITRE II - De la matrice
• CHAPITRE III - Du vagin
• CHAPITRE IV - De la génération de l'homme
• CHAPITRE V - Du fœtus, du placenta, du cordon ombilical, etc.
• CHAPITRE VI - De la vraie et de la fausse grossesse
• CHAPITRE VII - De l'attouchement, improprement appelé toucher
• CHAPITRE VIII - De la nécessité de la saignée dans la grossesse
• CHAPITRE IX - Du faux germe et de la molle
• CHAPITRE X - De la fausse couche, ou de l'avortement
• CHAPITRE XI - De la situation naturelle de l'enfant dans la matrice
• CHAPITRE XII - De la préparation à l'accouchement naturel
• CHAPITRE XIII - De l'accouchement naturel
• CHAPITRE XIV - De la manière de lier le cordon
• CHAPITRE XV - De la manière de délivrer la femme
• CHAPITRE XVI - De la manière d'emmailloter l'enfant
• CHAPITRE XVII - De la manière d'accommoder l'accouchée, et du régime qu'elle doit observer
• CHAPITRE XVIII - Des tranchées qui arrivent à l'accouchée, des hémorroïdes, et de la nécessité de bassiner la partie
• CHAPITRE XIX - Du dévoiement qui survient à la femme les premiers jours des couches
• CHAPITRE XX - De l'accouchement laborieux à cause du passage trop étroit, et des vices de conformation
• CHAPITRE XXI - De l'accouchement où l'enfant est arrêté au passage par des épaules trop larges
• CHAPITRE XXII - De la difficulté d'accoucher, lorsque l'orifice de la matrice se resserre tout-à-coup, après avoir laissé passer la tête
• CHAPITRE XXIII - De l'accouchement où la matrice précède la sortie de l'enfant
• CHAPITRE XXIV - De l'accouchement accompagné du relâchement du vagin
• CHAPITRE XXV - Des différentes obliquités de la matrice
• CHAPITRE XXVI - De l'accouchement où l'enfant présente un pied, ou tous les deux ensemble
• CHAPITRE XXVII - De l'accouchement où l'enfant présente les genoux, ou le fondement
• CHAPITRE XXVIII - De l'accouchement où l'enfant présente le ventre, la poitrine, ou le dos
• CHAPITRE XXIX - De l'accouchement où l'enfant présente le bras ou le coude
• CHAPITRE XXX - De l'accouchement où l'enfant présente l'épaule, l'oreille ou le menton
• CHAPITRE XXXI - De l'accouchement où se rencontrent plusieurs enfants
• CHAPITRE XXXII - De l'accouchement où le cordon se présente le premier avec quelque partie de l'enfant
• CHAPITRE XXXIII - De l'accouchement de l'enfant mort, et de la tête restée dans la matrice
• CHAPITRE XXXIV - De l'arrière-faix adhérent, et de la matrice renversée
• CHAPITRE XXXV - De la perte de sang qui précède ou accompagne l'accouchement, et de celle qui le suit
• CHAPITRE XXXVI - Des convulsions et de la léthargie, qui surviennent à la femme dans le travail
• CHAPITRE XXXVII - De la descente ou relaxation de la matrice
• CHAPITRE XXXVIII - Des qualités requises à une bonne nourrice
• Observations
i - Sur la matrice double
ii - Sur les vices de conformation du bassin
iii - Sur un fœtus de vingt-et-un mois, qui fut retiré de la trompe droite de la matrice, sans que la mère en soit morte
iv - Sur un fœtus tiré du ventre de sa mère par le fondement
v - Sur des fœtus qui ont demeuré plusieurs années dans le ventre de leur mère, sans se corrompre
vi - Sur la membrane hymen
vii - Sur l'extrême rétrécissement de l'orifice du vagin
viii - Sur une membrane qui fermait l'orifice du vagin
ix - Sur le terme de neuf mois, qui n'est pas assuré, mais seulement le plus ordinaire, l'accouchement pouvant être retardé, et aller au-delà de ce terme
x - Sur un moyen peu usité de rappeler à la vie un enfant nouveau-né qui semblait en être privé, pour avoir eu le cordon ombilical longtemps comprimé
xi - Sur un nouveau moyen de remédier aux accidents produits par le séjour de quelques portions du placenta, restées dans la matrice
xii - Sur l'expérience qu'on a coutume de faire sur le poumon d'un enfant, pour juger si la mère, accusée de l'avoir détruit, est coupable ou non

Conclusion


Je pense avoir dit l'essentiel !

Ça a été un plaisir de lire et de réécrire ce livre.. et pas inutile du tout, puisque j'y ai appris des choses que je redécouvre ensuite en cours d'Obstétrique ! Puis je trouve ça important de connaître un peu l'histoire de la profession que je serai amené à exercer.
Sans doute que je poursuivrai avec d'autres ouvrages de médecine ; j'ai déjà une idée de ceux que je pourrais adapter en ebook par la suite. En attendant, si la lecture de celui-ci vient à plaire à quelques personnes, j'en serai ravi !

Bonne soirée à vous et à la prochaine !

1. Je vous invite néanmoins à lire la page qui lui est consacrée sur Wikipédia et sa biographie sur medarus.org.
2. J'avais découvert cette illustration au cours de mon séjour à Londres cet été, au Science Museum.
3. En fait, je n'ai fait aucune vente pour l'instant (normal, ça vient de sortir) donc je ne sais pas comment c'est possible.

Autres articles dans la même catégorie :
M2 : déjà trois stages réalisés ! (31/12/2018)
Rentrée en M2 ! (16/09/2018)
M1 : plein de stages très intéressants (04/02/2018)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « orudro » à l'envers :