Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

DFGSMa2 : À l'assaut du deuxième semestre !

571 0

[Maïeutique] publié le 21/02/2015 à 12h00

Les cours ont repris immédiatement après la fin de mon stage en médecine interne. Et ils n'ont pas grand chose en commun avec les cours du semestre précédent : bye bye l'Infectiologie, bonjour les Sciences Humaines !

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonjour tout le monde !

On se retrouve pour un bref article, comme je vous l'avais annoncé à la fin du précédent, pour résumer les deux dernières semaines de cours.

Stage MI validé !


Lundi 9 Février, je suis allé chercher mon évaluation de stage, après une première journée de cours. Le cadre du service étant absent pour la semaine, j'ai simplement récupéré ma feuille dans son bureau, sans avoir plus de détails que ce qui avait été noté dessus. Si je le précise, c'est parce que l'appréciation m'a laissé un peu perplexe ! Il paraîtrait ainsi que je suis timide, et j'ai le sentiment qu'ils ont pas mal insisté sur cet aspect.
Moi, timide ? Bah mince alors, moi qui pensais que ça aurait difficile de plus m'imposer dans l'équipe sans sortir de ma place de stagiaire ! On m'a également reproché le fait de ne pas poser de questions. J'ai bien aimé cette remarque ; si je n'ai pas posé tant de questions, c'est que je n'en avais pas ! J'ai trouvé ça complètement abscons de mettre l'accent là-dessus. Comme si j'avais laissé l'impression d'être effacé, alors que j'étais toujours à droite à gauche à faire quelque chose, en observation ou à l'écoute de tout ce qui pouvait se présenter. Pour moi, il y a un fossé assez important entre ce qui a été relevé et ce que j'ai vécu. Ou eu l'impression de vivre, du coup !
Enfin, ils ont bien noté que j'avais peur de déranger. Certes. Je vous l'avais dit moi-même, concernant certains soins au cours desquels je préférais ne pas prendre la place de l'infirmière quand je jugeais ne pas être suffisamment efficace. Mais pourquoi le mettre dans l'évaluation ? On est d'accord, ça n'a rien de positif en soi, mais ça n'a strictement rien de négatif. Mieux vaut ça qu'être dérangeant, il me semble. Et croyez-moi si je vous dis qu'à la maternité, il n'était surtout pas question de déranger qui ou quoi que ce soit...

Bon, au-delà de ça, mon évaluation reste bonne et mon stage est validé. C'est le principal et je m'en contente, mais j'aurais vraiment apprécié que sur le papier, ça paraisse moins contrasté. Pour le prochain stage, qui aura lieu vers Avril/Mai, j'essaierai de voir ce que je pourrai arranger !

Cours : comme des souvenirs de PACES...


Une semaine de révisions, une semaine de partiels, deux semaines de stage... Les derniers cours remontent à loin ! La dernière fois, c'était une semaine en Janvier, consacrée uniquement à des cours d'Immunologie, qui n'ont marqué personne. En plus, cette semaine était coincée entre les vacances de Noël, et les partiels du semestre précédent. Bref, retourner en cours, c'était quelque chose presque nouveau.

Et différent. Après tout un semestre très technique, très anatomo-clinique, vachement orienté sur les pathologies de tout genre, sur l'infectiologie, l'obstétrique, la pédiatrie et les soins infirmiers, nous avons eu droit à deux semaines presque exclusivement consacrée aux sciences humaines et sociales. Oui oui, sérieusement. De la sociologie, de la psychologie, de la psycho-sociologie, de la bioéthique, encore de la psychologie, encore de la sociologie et du droit. Nous revoilà tous plongés dans nos souvenirs de PACES, dont certains vieux de plus d'un an1. Faut dire qu'on en a bouffé de la socio en PACES. Mais je suis bien content si ça peut servir aujourd'hui. Plus encore, comme c'était une UE que j'avais beaucoup appréciée, je suis content qu'on poursuive ou qu'on approfondisse.
J'aime bien la sociologie, on a commencé à étudier la famille et ses formes, chose que l'on avait abordée en PACES. J'aime bien la psycho-sociologie, on étudie la dynamique des groupes de travail, chose super intéressante pour comprendre le fonctionnement d'une équipe de travail ou de soins. Mais a priori, j'aime moins la psychologie. Ça me paraît moins concret à étudier : étudier le désir de devenir mère, ça ne me touche pas trop personnellement, voyez-vous... Mais on sent quand même que ce sera utile pour comprendre... hm... les femmes. Et en tant que mec, j'en ai sans doute encore plus besoin. Parce que oui, c'est compliqué. Bref, c'est clair qu'il y a du travail !
Mais c'est vrai qu'au final, les deux semestres de cette année de DFGSMa2 semblent très déséquilibrés. Toute l'anatomo-clinique d'un côté, toute la masturbation intellectuelle réflexion bio-médicale de l'autre. On aurait tellement aimé avoir un peu de ces matières au premier semestre, pour casser un peu le rythme. Si ça se trouve, c'est l'Infectiologie qui va nous manquer maintenant !

Bon, nous avons quand même une UE Hormonologie et reproduction qui, bien qu'elle ait également eu droit à sa petite heure de sociologie, s'annonce plus clinique. De nombreux cours de cette UE sont d'ailleurs dispensés à la fac de médecine, en commun avec les étudiants de deuxième année. Quoiqu'en dehors de cette heure de sociologie, le reste est finalement apparu peu intéressant2. En espérant que la suite le soit plus !
Nous avons également une UE Hématologie. Je m'attendais au pire mais finalement, le premier cours que nous avons eu était tellement bien mené que c'en est devenu passionnant ! Comme quoi, ça tient parfois plus à la qualité de l'enseignant qu'à l'enseignement lui-même. Donc ici, j'espère que la suite sera toute aussi intéressante !

Travaux pratiques


Voilà, j'ai bien détaillé les cours, en insistant bien que ça changeait d'être de nouveau dans cette ambiance. Mais elle ça s'arrête déjà là, puisque pendant deux semaines, l'autre moitié de la promotion sera en stage à son tour. Pendant ce temps-là, nous autres allons avoir droit à quelques séances de travaux pratiques. Au programme, injections par voie intra-veineuse directe, pansements et perfusions !
Ça devrait nous permettre d'aborder plus de soins en stage. Et en espérant que j'y arrive, ça m'aidera sans doute à paraître moins effacé la prochaine fois ! M'enfin, que j'y arrive, c'est pas gagné d'avance non plus... Je vous raconterai ça !

Plus important : au cours de ces deux semaines, nous auront également une épreuve pratique blanche, réalisée sous l'œil d'un examinateur, pour nous préparer à la véritable évaluation qui aura lieu en fin d'année. Je ne suis pas spécialement confiant, mais je pense avoir quand même pas mal progressé en préparation de soins grâce au stage. Je vais donc réviser les protocoles et ça devrait aller. Croisez les doigts pour que je ne fasse pas une faute éliminatoire, comme oublier de mettre des gants ou une grosse connerie comme ça !

Conclusion


Voilà voilà, c'est à peu près tout !

À côté de ça, tout va bien ; mes tortues vont bien et se plaisent toujours autant dans leur bassin, elles grandissent de semaine en semaine ; le prochain article pour InstantEtymo est quasiment prêt et sortira ce week-end. Il était normalement prévu pour début Mars, mais je préfère anticiper sa publication !

On se retrouve le 1er Mars pour le bilan du mois, qui sera sans doute très bref, à l'image du mois de Février. Quoique, j'aurais peut-être les résultats de mes partiels à vous communiquer, donc on prendra quand le même temps pour faire un point dessus. Croisez de nouveau les doigts pour que ça ne soit pas trop catastrophique !

À la semaine prochaine !

1. Ceci dit, en étant colleur dans cette matière en début d'année, j'avais eu l'occasion de réviser un peu tout ça !
2. Entre nous, le dosage des hormones hypophysaires, « on s'en bat l'œil avec la queue d'un alligator femelle » comme dirait notre prof de psycho-sociologie.

Autres articles dans la même catégorie :
M2 : déjà trois stages réalisés ! (31/12/2018)
Rentrée en M2 ! (16/09/2018)
M1 : plein de stages très intéressants (04/02/2018)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « aigrou » à l'envers :