Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Que pensez-vous des hommes sages-femmes ? #1

3582 2

[Maïeutique] publié le 05/02/2016 à 22h35
« De l'accoucheur, que font le sexe et l'âge ?
L'âge et le sexe ont, à mérite égal,
Un égal titre au beau surnom de sage.
» - François Fabre, Némésis Médicale (1840)

Grande question que celle-ci : que pensez-vous des hommes sages-femmes ? Enfin plutôt.. que pensent les gens des hommes sages-femmes ? Pour tenter de répondre à cette question épineuse, j'ai rassemblé quelques tweets contenant les opinions des gens sur le sujet !

Ciao tout le monde !

Aujourd'hui, je vous propose un billet un peu spécial, dans lequel je ne vais pas parler de ma vie.

Pour cet article, je me suis amusé à chercher sur Twitter les réflexions des gens quant à l'idée qu'un homme soit sage-femme. On dit tout ce qui nous passe par la tête sur Twitter, et ce genre de pensée demeure assez classique... Je n'ai donc eu aucun mal à trouver tout un florilège de tweets, que j'ai classés en différentes catégories en fonction de la façon dont le sujet est abordé : au sein d'une même perspective, c'est toujours un peu la même réaction..

Mais ce qui est marrant, c'est qu'on trouve vraiment de tout ! De ceux qui sont circonspects, voire carrément hostiles à l'idée qu'un homme puisse être sage-femme et exercer son art, à ceux (celles) qui en font une préférence sur les sages-femmes femmes, en passant par ceux qui sont tout simplement curieux de la question... Tout le monde a son avis sur cette bizarrerie que représente encore l'homme sage-femme, l'accoucheur ou même maïeuticien si vous voulez.

Bonne lecture !

LA grande question


L'homme sage-femme, c'est avant tout un problème de définition : comment le désigner ? Étant donné que « sage-femme », ça fait un peu bizarre... C'est un sujet qui revient extrêmement souvent dans les tweets des gens !














Les questions plus profondes.


Il arrive aussi que l'idée même qu'un mec puisse être sage-femme paraisse inconcevable ou que le fait qu'on les appelle sages-femmes soit un sujet bien trop compliqué pour être intégré...
T'en fais pas, t'es pas tout seul. Vous êtes tous perdus apparemment.
J'avoue ouais, comment on fait dans ce cas ???
Là chai plus non plus...
Copie blanche.
À tout hasard.. un étudiant sage-femme ?

Une sage-femme HOMME ? JAMAIS !


Ah ! Les plus radicaux. Celles et ceux qui ne veulent même pas entendre parler des hommes sages-femmes et encore moins les voir débarquer en salle d'accouchement.

Pour le coup, j'espère vraiment ne jamais avoir à accoucher sa femme.
T'as confiance, toi !
Merci de nous préserver ; c'est vrai que quand on y pense, c'est dégueulasse quand même...
Comme si c'était pas déjà assez dur pour tout le monde de se caser...
#ptdr
À la poupée.
Entouka, ça a le mérite d'être clair.
Encore plus clair !
Pas de sage-femme homme, ok...
.. ou pas d'homme du tout du tout ?
Pour 10.000 € par mois, je ne suis pas sûr que beaucoup refusent encore...


La morale de cette histoire, c'est qu'les hommes sont des cochons ♪


Évidemment : la seule raison que des hommes auraient de devenir sage-femme, c'est nécessairement pour voir des femmes nues H24.

Non coupable.
Les gynécos sont des génies, mais nous ils nous prennent pour des irresponsables !Ah ! Dîtes-nous qui !Tout le monde sait comment on fait les bébés...Mais personne sait comment on fait les sages-femmes !
Ah bah si y a déjà une main, au moins il ne sera pas nécessaire d'y mettre les notres !

La morale de cette morale, c'est qu'les femmes aiment les cochons ♫


Si l'homme sage-femme est pervers, heureusement, y en a quand même que ça ne dérangerait pas...

.. que ça ne dérangerait pas du tout même !!
On vous l'emballe ?

Bon ça va, y aura du boulot !

L'incompréhension


Y en a d'autres pour qui, l'homme sage-femme, même s'il ne semble pas déranger franchement, a quelque chose de perturbant... Comme s'il était un être à part...

Wsh grave !! C'est trop chaud !
Ouaip, ça cache quelque chose...
La vraie motivation, il la faut surtout pour accoucher.



Bizarre, chelou...
Un vrai truc de fou.
True story : y a pas écrit maïeuticien ni accoucheur sur les blouses -et encore moins « sage-homme » !
À ce point là ?

Les satisfaits !


Il y a aussi celles qui ont testé.. et approuvé ! Les hommes sages-femmes, c'est quand même top parfois !

Y a pas de raison ! :)

Comme quoi ça se passe bien aussi !

Voir le bon côté des choses


Que votre sage-femme soit un homme, ça peut aussi être un avantage...

Sage précaution !
C'est vrai, faut aussi savoir le dire avec ce qu'il faut d'auto-dérision !
Je pense que nous sommes les premiers à trouver ça chelou, mais on s'habitue !

Ça fait plaisir aussi de lire ça.
Ah ça, c'est parfaitement dans nos cordes ! (vocales #mdr)

Pas mieux.

La crème de la crème


Autant on peut rire ou prendre avec humour des tweets rassemblés plus haut, autant ceux qui suivent n'étaient pas des plus plaisants à lire. Mais bon, faut savoir que ça existe aussi...





Conclusion


Voilà pour cette petite compilation !

Bon, je me suis limité aux seuls tweets contenant les termes sage-femme et homme et pourtant la liste est déjà longue ! J'aurais pu compléter avec des synonymes, comme mec ou gars et comparer éventuellement avec ce qui se dit sur les gynécologues par exemple. Quoique pour ces derniers, personne ne chercherait à jouer sur l'appellation, alors que pour les hommes sages-femmes, le cœur du malaise semble résider dans cette apparente antonymie...

Après, chacun a son avis concernant la légitimité de l'exercice de la maïeutique par un homme et l'exprime de manière plus ou moins diplomatique... Ça va de l'appréhension ou la curiosité, au refus catégorique voire au dégoût prononcé... Non sans avoir recours à quelques expressions ou termes violents pour certains !

J'espère en tout cas que cet article aura permis de refléter un peu le panorama des représentations qu'ont les gens des sages-femmes hommes en général (parce qu'on ne dit pas « sage-homme » !!). À vous de l'interpréter comme vous le voulez !
Exemple d'une interprétation possible.

→ Retrouvez également le deuxième article sur le même thème ici :
Que pensez-vous des hommes sages-femmes ? #2.

Mots clés : #maïeutique, #sage-femme, #Twitter

Autres articles dans la même catégorie :
M2 : déjà trois stages réalisés ! (31/12/2018)
Rentrée en M2 ! (16/09/2018)
M1 : plein de stages très intéressants (04/02/2018)

Commentaires

Philomenne
24/04/16, 09h54

Pourquoi ne dit-on pas "sage-homme" ? Parce que, rappelons-le, étymologiquement, dans "sage-femme", le mot "femme" fait référence à la parturiente et non au praticien ou à la praticienne. "Sage" est utilisé dans le sens non pas d'être sage mais d'avoir la connaissance. La sage-femme est donc celle qui connait les femmes. Qu'elle soit un homme ou une femme. CQFD.

Gardez courage, c'est beau d'aider les femmes à donner la vie.

(Moi la seule chose qui me choque, c'est qu'un praticien puisse dire "J'accouche une femme". Alors que non. La femme accouche. Et vous lui apportez votre aide. Mais pas de quoi devenir violente, rassurez-vous ;o))

Flavio
25/04/16, 06h56

Bonjour Philomenne, et merci pour votre commentaire ! smiley

Cela n'engage que moi bien sûr, mais je ne suis pas trop adepte de cette théorie quant à l'étymologie obscure du terme « sage-femme ». Je pense que « femme » fait bien référence à la praticienne, car celle-ci était proprement reconnue comme la femme sage. J'ai le sentiment que les sources qui défendent la théorie inverse ne soient que trop récentes et diffusées dans le but de valoriser la parturiente, plutôt que la praticienne (par humilité de la profession ? au profit des Médecins ? je n'en ai aucune idée).

J'ai beau chercher dans les anciens dictionnaires étymologiques et de vieux traités d'Obstétrique, mais je n'ai jamais trouvé d'explications concernant le mot « femme », comme si cela n'avait pas besoin d'être précisé. Or, j'imagine que ça mériterait de se savoir, si d'un coup, on était passé à une considération centrale de la parturiente, quand le terme « sage-femme » a supplanté les autres appellations comme « accoucheuses », « ventrières » et surtout « matrones », que l'on peut traduire littéralement par « Grande mère ». D'autant plus que le terme « sage-femme » est apparu à une époque où la pratique s'est institutionnalisée et professionnalisée : il m'apparaît plutôt normal que le nom de la profession se centre sur le professionnel. Il permet également, dans le cas présent, de distinguer le sexe du praticien, à une époque où la Médecine était réservée aux hommes, et l'assistance à la parturition, aux femmes.

Pour citer le Journal Grammatical Littéraire et Philosophique de la Langue Française et des Langues en général (1836) : « les matrones passaient et passent encore pour deviner beaucoup de choses touchant à la grossesse des femmes : de là leur nom de sagae, à Rome, du verbe sagio, pressentir, avoir de la sagacité. »

Dans le Dictionnaire Étymologique de la Langue Française d'Antoine Court de Gébelin (1778) : Sage-Femme est définie par « Femme habile. Une sage femelle. Anciennement, et encore aujourd'hui, chez les Orientaux tout Médecin est appelé Sage. »

Ou, par définition négative, dans le Dictionnaire Étymologique de la Langue Française de B. De Roquefort (1829), à propos de la définition de Matrone : « Il servit encore à désigner ce que, dans ce même temps, on nommait une ventrière, et assez improprement aujourd'hui une sage-femme, bien qu'elles ne le soient pas plus que d'autres. »

À aucun moment ici, il n'est question de la parturiente, mais bien chaque fois de la praticienne... D'où mes doutes quant à cette histoire d'étymologie populaire du terme « sage-femme ».

La question n'est pas la même en anglais, avec midwife, car mid- signifie plutôt « avec », ce qui se traduit donc par « auprès de l'épouse » ; wife désignant clairement la parturiente et non le praticien.

Pour autant, je ne milite absolument pas pour une masculinisation du terme « sage-femme » au profit de sage-homme ou autre... Une sage-femme, quel que soit le sexe. Un sage-femme, ou un homme sage-femme à la rigueur. Je pense que le terme de « sage-femme » est un héritage historique à conserver et je ne vois pas pourquoi on changerait cet héritage au seul motif que la profession se masculinise depuis quelques années à peine.

Au même titre que personnellement, je n'adhère pas aux féminisations de termes du type « cheffe » pour chef... qui étymologiquement, n'ont pas de sens !

J'en parlerai peut-être un jour, sur InstantÉtymo (http://instantetymo.ovh), mon autre blog que je vous invite à découvrir ! smiley

Pseudo :
Recopier « iotrai » à l'envers :