Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

DFGSMa3² : une année finalement interminable

243 0

[Maïeutique] publié le 18/07/2017 à 18h41

> Je la croyais quasiment achevée. Il ne me restait ququelques jours de stage à faire avant la libération, les vacances. Mais le destin, considérant que nul ne peut s'en tenir comme maître, a décidé de me rappeler gentiment que tout pouvait arriver. Y compris aller aux rattrapages après une année sans faute.

Bonjour à tous !

À l'heure où je commence l'écriture de ce billet, il est 9h45 nous sommes le 18 Juillet 2017, je viens de fêter mes 22 ans, et je suis à bord du TGV n°9247, voiture 7, place 43, au départ de Paris Gare de Lyon, à destination de Milan Porte Garibaldi, qui m'emmène pour ma part à Turin dans un premier temps. Il ne va pas tarder à partir Le contexte spatial d'écriture de ce billet est ainsi à peu près posé.

En ce qui concerne le contexte temporel, nous sommes à un mois du billet précédent, dans lequel je vous disais attendre mes résultats de partiels, et à quel point j'avais hâte de partir en vacances. Eh bien j'ai eu mes résultats de partiels. Franchement, plutôt pas mal dans l'ensemble. J'avais déjà un beau 18 en oral de Santé Publique, auquel j'ai ajouté un 15 à l'écrit, 16 en Anesthésiologie, 13.5 en Gynécologie dont je ne suis pas mécontent et même 12 en Pharmacologie, la matière que je redoutais le plus. J'ai également eu 15 à l'épreuve clinique de Consultations. Bref, une belle moyenne qui avoisine les 15/20. Mais vous avez d'ores et déjà compris que si j'ai mis tant de temps pour en parler et si, de la même façon, je ne vous donne pas encore ma note d'Obstétrique, c'est que ça s'est, une nouvelle fois ai-je envie de dire, mal passé. Il m'a manqué… 0.65 point pour valider l'épreuve.

Rattrapage d'Obstétrique


J'ai donc dû passer une épreuve de rattrapages hier, lundi 17 Juillet, il y a tout juste 24 heures de ça. Inutile de vous dire que ça m'a plutôt saoûlé d'avoir à repasser cette épreuve, qui s'avère être la quinzième me concernant, si l'on compte l'ensemble sur ces deux années de DFGSMa3. Mais ce n'est pas tant l'épreuve en elle-même, ni même les révisions que j'ai dû de nouveau faire et refaire, qui m'ont laissé un goût plus qu'amer ; c'est surtout de ne pas pouvoir partir en vacances en même temps que ma famille, en Vénétie, alors que ça fait deux ans que je n'attends que ça avec impatience.

Ces 0.65 points m'ont donc fait perdre 10 jours en Italie. Je trouve ça un peu cher payé. Du coup, je pars aujourd'hui les rejoindre. 180€ de billet de train. Ça ne fait que s'ajouter à l'addition que me facturera cette poussière de point manquante…

J'ai donc passé cette épreuve hier matin ; je dirais que ça s'est bien passé, mais encore une fois allez savoir, je ne suis jamais sûr de rien vis-à-vis de cette matière et de sa correction. Mais j'ose espérer que ces ultimes révisions ont permis d'affiner les choses… J'ai également pu voir ma première copie, et la directrice de l'école, qui ne corrige pas cette épreuve, a pu m'apporter un regard différent sur le contenu des réponses qui pouvait être attendu. Advienne que pourra maintenant.


Direction l'Italie !


Je n'ai pas beaucoup dormi depuis hier. Je ne suis même pas sûr d'avoir dormi vraiment. J'ai préparé mes affaires, j'ai fait quelques menues courses histoire d'avoir quelque chose à manger pendant le trajet, j'ai fait du ménage dans la nuit et j'ai chopé l'un des premiers trams à 5h45.

J'ai pris un premier train à 6h48 (enfin initialement prévu à 6h48, mais il a eu un bon quart d'heure de retard) à destination de Paris ; de Paris, arrivé à Montparnasse vers 8h20, j'ai rejoint la Gare de Lyon et de là, nous voici. J'arriverai à 16h18 à Turin puis je prendrai un troisième train pour Padoue à 17h17 qui doit arriver à 20h12.

Je passe mon anniversaire dans le train, mais c'est bonne ambiance. Disons que c'est mieux que l'an dernier, où j'avais dû passer mes rattrapages ce même jour. Autre avantage : faire le trajet en TGV, c'est sans doute plus confortable que dans la voiture familiale ! Par contre, ce n'est pas très bavard.

Ça fait 28 heures que je suis debout et l'envie d'écrire commence à me manquer ; je vais essayer de dormir un peu. Je vous retrouve plus tard pour la suite de cet article.

(…)

Il est maintenant 17h20, je suis monté dans le dernier train qui doit me mener de Turin à Padoue. Le voyage Paris-Turin s'est bien passé. Je n'ai finalement pas dormi beaucoup, ou en tout cas peu profondément, et pourtant, je ne me sens pas plus fatigué que ça ! Voire pas du tout, c'est ccomme si j'avais passé une vraie nuit, alors que je ne me suis pas couché depuis un moment. C'est bizarre, mais c'est très bien comme ça.

Nous avons passé la frontière vers 15h20 il me semble. Ça a été long de traverser les Alpes, mais encore une fois, moins qu'en voiture et surtout, en évitant les virages sur l'autoroute serpentant à flanc de montagne.

C'est la première fois que je prends le train en Italie, mais il faut s'adapter vite : déjà deux personnes m'ont demandé comment trouver leur train !.. et a priori je les ai bien indiqués, ayant réussi à trouver mon propre train à mon tour. Et l'on me dit déjà que je parle bien italien, donc ça s'annonce bien. Oui, parce que dans ce pays, on parle : on ne se contente pas de demander son train, on demande aussi où l'autre personne va, d'où elle vient, etc. Heureusement que j'entretiens un peu mon niveau en italien tous les jours !

Nous roulons actuellement à 298 km/h, si j'en crois ce qu'indique un écran dans le train. Fini les montagnes, nous traversons à présent la grande plaine du nord de l'Italie, et je préfère de loin ce paysage ! Je vais profiter du temps de trajet qu'il me reste pour achever d'écrire ce billet.

Quelques mots sur cette seconde troisième année…


J'envisageais un temps de faire un bilan peut-être développé, mais j'avoue que cette histoire de rattrapages m'en a coupé l'envie, et a plutôt motivé le choix du titre de ce billet.

Il n'empêche, si l'on oublie cet épisode fâcheux, que cette année a été réellement bénéfique. Je ne ressentais pas l'an dernier l'envie d'avancer, je n'avais plus aucune motivation et je me suis aperçu au cours de l'année que tout cela concourrait à fragiliser ma pratique. J'ai pu profiter de cette année pour asseoir une véritable confiance en moi que les professionnels perçoivent nettement et même, que les patientes et leurs conjoints soulignent volontiers. J'ai également internalisé bon nombre de connaissances, qui sont devenues évidentes, automatiques, connectées. J'avais peut-être les connaissances l'an dernnier, mais je n'avais pas la toile pour les relier ensemble. Aujourd'hui, à la maternité, dans les situations sur lesquelles on attend de nous d'être opérationnels en fin de Troisième année, je sais parfaitement où je vais, ce que je fais. Les doutes se font de plus en plus rares. Et les compliments de plus en plus marquants.

Et moralement, ça aide.

Je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai hâte d'y retourner (laissez-moi mes vacances !!!), mais j'y suis prêt. J'ai hâte en revanche de mettre en pratique ces connaissances dans d'autres situations et dans d'autres hôpitaux. J'ai encore des tas de choses à apprendre et je sens déjà ce que je peux tirer de ce qui nous attend.

Aucun regret d'avoir redoublé donc. Absolument aucun.

M'enfin j'espère ne pas avoir besoin d'en passer par là de nouveau en Quatrième et en Cinquième année !!

Autres


• Point rapide sur les animaux : les tortues, qui vivent au Mans à présent, vont bien, d'après les nouvelles toutes récentes qui me sont parvenues aujourd'hui. De même pour Zekrom, qui y passe ses vacances. C'est l'un de mes frères qui s'occupe de la ménagerie familiale.

• J'ai été certes très déçu d'avoir été privé de ces dix jours de vacances au soleil, mais je n'ai pas non plus consacré l'entierté de mon temps à réviser l'Obstétrique. J'ai consacré un peu de ce temps à débuter la rédaction d'un second livre ancien, comme je l'avais fait avec L'Abrégé de l'Art des Accouchements. Ce sera d'un style différent, plus agréable à lire ; plus long aussi, mais toujours centré sur le thème de la maïeutique. Je n'en poursuivrai pas l'écriture ces prochains jours, mais j'y reviendrai en Août et j'espère d'ores et déjà pouvoir le publier courant Septembre, début Octobre au plus tard. J'ai même quelques pistes pour en envisager un troisième ensuite. Je vais finir par constituer une véritable collection d'ouvrages à force… jusqu'au jour où je déciderai peut-être à en écrire un moi-même de A à Z.

• Le blog fêtera également son anniversaire ces prochains jours… De tête, sept ans, je crois ? Et je continue de l'augmenter au fil des mois. Du moins, je m'y essaye. Et j'y tiens.

Projet pour ces quelques jours de vacances


Je vais être court, mais il est essentiel que je l'écrive : il va falloir que je me détende. Je vais en profiter au maximum, mais si a ne sera pas aussi longtemps que je ne l'aurais voulu, pour tâcher de tasser un peu la masse de ces deux années intenses et dans leur ensemble, moralement éprouvantes. Sortir évidemment, prendre l'air, marcher, déconnecter un peu (m'enfin je reste évidemment connecté sur Twitter pour raconter mes petites anecdotes au jour le jour et sur Instagram pour vous montrer les photos ; n'hésitez donc pas à m'y suivre !).

L'objectif étant de faire un peu de la place dans la tête pour repartir serein à la rentrée, en Quatrième année… car il est évidemment interdit de penser que je ne valide pas mon épreuve aux rattrapages !

Conclusion


Le paysage défile vite pendant que j'écris ; nous arrivons sur l'instant à la gare centrale de Milan. Du début de votre lecture de cet article à sa fin, nous avons parcouru ensemble un petit millier de kilomètres. Le wagon s'est complètement rempli. Encore deux heures de route. Après Milan, Brescia, Vérone, Vicenza et Padoue. C'est ma mère qui viendra ensuite me chercher à la gare, puis nous rejoindrons les alentours de Chioggia où nous séjournons habituellement.

Je vais tâcher d'envoyer cet article dès aujourd'hui ! Peut-être en écrirai-je en autre au cours du séjour mais rien n'est moins sûr du tout ; peut-être à la fin de celui-ci, et encore, ce n'est pas garanti non plus. Prochaine échéance sinon : le mois d'Août !

D'ici là, je vous dis à bientôt et je vous remercie pour votre lecture !

Ciao !

Autres articles dans la même catégorie :
M1 : nouvelles de ce début d'année (12/11/2017)
Mémoires authentiques d'une sage-femme (07/09/2017)
Rentrée en M1 ! (03/09/2017)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « oujelo » à l'envers :