Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Mémoires authentiques d'une sage-femme

146 0

[Maïeutique] publié le 07/09/2017 à 15h35
« J'ai promis de soulever quelques replis encore peu connus du cœur humain, et de signaler, si je puis, des travers inédits, afin d'en noircir quelques feuillets d'un livre trop rarement consulté, celui de l'expérience. » - Alexandrine Jullemier, Mémoires authentiques d'une sage-femme, 1835.

> Cet été, j'ai réécrit un bouquin du XIXe siècle. Et il est à présent disponible ! Je vous le présente dans cet article.

Bonjour à tous,

Je vous propose aujourd'hui de découvrir le deuxième ouvrage que j'ai choisi de publier : Mémoires authentiques d'une sage-femme, par Alexandrine Jullemier, sage-femme parisienne de la première moitié du XIXe siècle.

Présentation du projet


J'ai découvert ce livre il y a maintenant plusieurs années, peut-être lors de ma deuxième PACES ; j'avais commencé à le lire, mais les scans disponibles sur internet étaient souvent de mauvaise qualité, voire incomplets. J'ai donc envisagé très tôt de le rééditer, comme je l'ai fait pour l'Abrégé de l'art des accouchements de Madame du Coudray.

J'ai trouvé le temps et la motivation de le faire cet été, alors que je devais renoncer à mon départ en vacances en Italie pour passer mes rattrapages de DFGSMa3. C'était un moyen utile et agréable d'occuper mon temps, que je ne pouvais consacrer uniquement aux révisions sans devenir fou...

Ce second livre a sans doute moins de valeur historique que le premier ; il est aussi moins technique et donc plus agréable à lire. J'espère ainsi qu'il touchera plus de lecteurs. Je saurai en faire plus facilement la promotion également... Il est plus simple de donner envie de lire un roman autobiographique, qu'un petit traité d'obstétrique, écrit de manière assez éloignée de nos lectures habituelles.

Présentation du livre


J'ai parlé de roman autobiographique, car s'il est certain qu'il s'agit de mémoires autobiographiques, j'assume le terme de roman, car l'on retrouve tous les éléments du genre -sinon la trame continue d'une unique intrigue, certes-, comme les dialogues parfaitement retranscrits, les descriptions élaborées des situations rencontrées, etc. La lecture est reposante, la narration rythmée, finalement peu centrée par moment sur l'histoire de la sage-femme auteur : c'est plus une succession de tableaux qu'un roman continu, mais aussi plus une galerie de paysages qu'un portrait unique.

La célébrité toute relative de l'ouvrage, vient enfin du fait qu'il a été le moyen pour Alexandrine Jullemier de rendre publics les agissements peu louables du docteur Jean Giraudeau de Saint-Gervais, médecin réputé du XIXe siècle, qui n'aurait pu bâtir sa fortune considérable sans l'aide de la jeune sage-femme, qui lui était tant dévouée. Par ces révélations, Alexandrine ne s'est pas faite que des amis, à commencer évidemment par Giraudeau lui-même, qui n'aura eu de cesse de chercher à censurer ses écrits, et n'a pas été louée dans son action, si l'on en croit les écrits publiés concernant ses Mémoires.

Loin de l'effervescence qu'a pu provoquer la publication du livre en 1835, j'ai trouvé intéressant de ressusciter ces Mémoires, pas tant pour la finalité de cette association entre ce médecin et la sage-femme dont je laisse le jugement des torts à l'appréciation du lecteur, mais plutôt pour montrer toute la difficulté que pouvait porter ce genre de relation, entre passions amoureuses et intérêts professionnels, à cette époque.

Qu'y trouve-t-on ?


Le livre fait 420 pages, et compte 40 chapitres, parmi lesquels la majorité retracent les histoires des patientes suivies par Alexandrine, dont les grossesses ne sont jamais sans particularités. Enfant trop attendu, enfant non désiré, tromperies, histoires d'amour, de désamour, histoires d'argent, de noblesse, de religion... Chaque fois, c'est différent ; chaque fois, l'on trouvera une raison de compatir aux peines évoquées ou de s'amuser des joies inattendues.

La sage-femme parle également de ses voyages, dans le nord et l'est de la France, des discussions philosophiques qu'elle entretient parfois avec ses patientes ou ses amis médecins, et de ses fameux déboires avec le docteur Giraudeau, qui ont motivé l'écriture de ces confessions à un si jeune âge.

Illustrations




J'ai reproduit la couverture originale de l'ouvrage à l'intérieur du livre. La nouvelle couverture est illustrée d'une lithographie de Paul Gavarni représentant une jeune femme écrivant une lettre, datée de 1838, donc contemporaine de l'ouvrage, daté lui de 1835 : je n'ai trouvé nulle part une représentation d'Alexandrine Jullemier, mais cette femme glissant la plume à son bureau me donne exactement l'impression que j'avais de la jeune sage-femme couchant ses souvenirs par écrit.

Où l'acheter ?


Le livre est disponible sur lulu.com. Il est proposé actuellement au prix de 14€ (HT) sur lulu. Il sera prochainement disponible sur Amazon, mais je vous recommande la commande sur lulu pour plusieurs bonnes raisons : il y sera toujours moins cher qu'ailleurs, vous serez livré plus vite même en prenant la livraison économique, et ma marge sera plus importante1. Bref, tout le monde y gagne ! ;)

Si l'ouvrage vous intéresse, vous n'avez plus qu'à cliquer ici pour passer votre commande !

Conclusion


Si vous faites l'acquisition du livre, n'hésitez pas à me faire part de vos retours sur le format, la qualité d'impression ; tout ce que je pourrais améliorer pour les prochains, et également, ce que vous avez pensé des Mémoires en elles-même !

La page Projets du blog a été mise à jour.

J'ai déjà hâte de me lancer dans la réédition d'un troisième livre ; la collection Neurembryon ne demande qu'à s'agrandir ! J'ai quelques pistes à creuser...


N'est-il pas mignon ce petit couple ?

À moins que je ne me décide à écrire mon propre livre. Ça viendra sans doute un jour.

1. Pour être 100% transparent : en le vendant 14€ sur lulu, je touche 3€. En le vendant 20€ ailleurs, je touche environ 1€50.

Mots clés : #livre, #sage-femme, #alexandrine jullemier, #mémoires, #lulu, #histoire, #médecine, #projet

Autres articles dans la même catégorie :
Mémoires authentiques d'une sage-femme (07/09/2017)
Rentrée en M1 ! (03/09/2017)
DFGSMa3² : une année finalement interminable (18/07/2017)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « oubrio » à l'envers :