Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Stage SDN Sables d'Olonne : résumé

692 0

[Stages] publié le 27/05/2018 à 23h57
« D'une femme en travail observez le visage,
Le teint, le son de voix, le langage,
Et son silence même, et son regard craintif,
Rien ne doit échapper à votre œil attentif.
»
- Jean-François Sacombe, La Luciniade, Chant neuvième.

J'attendais mon stage en salles de naissance aux Sables d'Olonne avec beaucoup d'impatience. Il s'est très bien déroulé. Mais je n'ai pas vu beaucoup de bébés...

Bonjour à tous !

Comment allez-vous ? Moi ça va plutôt bien, si l'on fait abstraction de la fatigue et du ménage que j'ai à faire. Les dernières semaines ont été plutôt chargées. Mais j'ai pu faire un break plutôt sympathique, avec ce stage aux Sables d'Olonne, que j'étais sur le point de débuter lorsque nous nous sommes quittés la dernière fois.

Petit article pour résumer tout ceci.. et je dis bien petit article, car comme vous allez vite le comprendre, il ne s'est pas passé grand chose lors de ce stage ! Pas grand chose du tout !!

Retour au CH Côte de Lumière : 4 ans après


J'avais conclu le billet précédent en précisant évidemment que ce retour au Centre Hospitalier des Sables d'Olonne serait pourvoyeur d'un sentiment de nostalgie. Ce fut effectivement le cas, dès les premières secondes dans l'hôpital : j'en ai reconnu l'odeur toute particulière ; une odeur que je pensais propre au service de Gastro-entérologie dans lequel je réalisais mon stage (et il y avait de quoi, en terme d'odeurs, dans ce service), mais finalement pas du tout : ce sont les produits de nettoyage, ou c'est dans les murs.. ou c'est dans la tête ! Dès les premiers instants finalement, je me suis senti de retour dans un environnement qui a vu naître mes premières émotions de futur soignant.

Au cours des différentes gardes de ce stage, je me suis rendu compte de toutes les connaissances théoriques et pratiques que j'avais intégrées depuis le premier stage. Je le dis à chaque stage peut-être ; effectivement, je me vois progresser de stage en stage, mais là, c'était comme un retour à la première fois. Je me suis souvenu de mes premières difficultés, les plus simples : par exemple, comment ouvrir telle ou telle pochette de matériel, avec des ouvertures faciles en des endroits toujours différents, se retrouver dans la pharmacie, ou encore, mes premières prises de sang. Et mes maux de tête au bout de quelques heures, épuisé sous les flux d'informations massifs et permanents concernant les patients, l'organisation du service, les discussions entre soignants, etc. Aujourd'hui, le cerveau fait le tri tout seul ; j'ai des cases exprès pour. La question demeurant étant : quelles autres cases de mon esprit ai-je involontairement sacrifié pour libérer de la place pour celles-ci ?

Les études, ça vous change...

J'ai été très bien accueilli à la Maternité par la cadre du service et la sage-femme présente au matin du premier jour. Un petit tour aux vestiaires, un pyjama, une blouse, et c'est parti.

Mais mesdames.. venez accoucher !


Le premier jour, j'ai découvert le bloc obstétrical, le service de Gynécologie et de Suites de Couches du Centre Hospitalier, le fonctionnement des services, les salles de naissance, le matériel, le déroulement des consultations -pas si différent de leur déroulement à Angers, finalement- et même le bloc chirurgical ! En effet, au programme de cette première journée, une césarienne programmée, pour la naissance d'un enfant de 4.650 kg, en présentation transverse -en français dans le texte : pas la tête en bas, et de toute façon probablement trop gros pour prendre le risque de le faire accoucher par les voies naturelles. J'ai pu récupérer le bébé et participer à ses premiers soins. Des soins qui se déroulent dans un calme bien plus grand qu'au CHU, où s'enchainent souvent les naissances, où le nombre de patientes imposent bien souvent d'avoir un rythme de travail soutenu. Ici, c'était plus calme : on a vraiment pu laisser l'enfant contre sa mère au bloc chirurgical, s'occuper de lui sans précipiter les examens et le ramener auprès de sa mère en salle de réveil. C'était intéressant de voir les choses de cette façon.

Et puis, les jours suivants... Rien. Mais alors, rien de rien. Hormis quelques consultations par-ci, par-là, rarement plus de deux ou trois par jour, rien. Pas d'accouchements. Les sages-femmes désespéraient autant que moi : « Mon pauvre, tu n'as pas de chance ! Et pourtant, on a bossé la semaine avant que t'arrives ! ». Beh oui, je sais bien ; je n'ai jamais tellement attiré le travail... Mais quand même !

Il faudra attendre la.. septième garde pour que je réalise enfin mon premier accouchement aux Sables d'Olonne. Le second surviendra une heure et demi plus tard. Une garde réalisée sous l'aile d'un homme sage-femme, qui a eu la gentillesse et la confiance suffisante pour me laisser réaliser l'ensemble du suivi de travail, la préparation des patientes et les accouchements en autonomie. C'était vraiment top. Je me suis senti presque professionnel !

Dommage que les occasions de pratiquer ne se soient pas faites plus nombreuses. Mes deux dernières gardes se sont quant à elles déroulées de nuit.. et il ne s'est strictement rien passé.

Voilà. Oui, je sais, c'est vraiment bête ! J'ai même été déçu que ce stage soit, d'une part passé si vite et d'autre part, fini après si peu de situations rencontrées, si peu d'accouchements. Heureusement que l'ensemble de l'équipe a été super sympa, vraiment, très accueillant, drôle, toujours soucieux de mon parcours, etc. C'était un vrai plaisir. Mais quel regret de ne pas avoir pu plus en profiter !

Une prochaine fois, une fois diplômé peut-être ? J'adorerais.

J'ai quand même pu profiter un peu des Sables pendant ces trois semaines, prendre l'air, écouter de la musique au bord de la mer, faire le vide dans ma tête. Et me sentir si fier et heureux de ce parcours que je poursuis, depuis que je l'ai débuté ici.


Cours : dernières épreuves


Une semaine de révision et deux semaines de cours plus tard, nous voici. J'ai passé mes dernières épreuves écrites cette semaine (Pédiatrie et Sexologie). Elles se sont bien passées. Et première bonne nouvelle : j'ai validé *roulements de tambours* l'Obstétrique ! Cet été, pas de rattrapages dans cette matière ! C'est déjà un soulagement.

Bon, je ne suis pas inquiet pour les autres matières. Ça devrait aller. Encore une semaine de cours, quelques travaux pratiques et des épreuves d'Anglais. Pareil, l'anglais, ça ne m'inquiète pas franchement...

L'année se termine donc. Elle est passée vite, je n'ai que quelques souvenirs des premiers stages de l'année. Mais il en reste deux. Dans une semaine, je pars en PMI, au Mans, une fois de plus, pour trois semaines, puis je terminerai l'année par trois semaines en néonatalogie à Angers. Que des choses nouvelles, que je vais pouvoir vivre sans la pression des examens.

Les enjeux commencent d'ailleurs à changer : à présent, il s'agit de débuter le mémoire pour l'année prochaine, dès maintenant ; ne pas prendre de retard. C'est dans un an. On en reparlera.

Conclusion


Voilà pour cet article. De même que les précédents, j'aurais dû le publier plus tôt, mais j'ai eu d'autres préoccupations autrement plus importantes que le blog.. et reconnaissez que si je l'avais publié plus tôt, il aurait été bien trop court !!

Je vous dis rapidement à la prochaine, il est tard, plus que l'heure d'aller dormir !

À bientôt !

Mots clés : #stage, #M1, #sables d'olonne, #salles de naissance, #sage-femme, #naissance, #accouchement, #partiels

Autres articles dans la même catégorie :
Stage PMI Le Mans : résumé (03/07/2018)
Stage SDN Sables d'Olonne : résumé (27/05/2018)
Stages SDN et Libéral : résumés (16/04/2018)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « iosecr » à l'envers :