Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Stage PMI Le Mans : résumé

250 0

[Stages] publié le 03/07/2018 à 05h12
« La future sage-femme doit être intelligente, avoir appris à lire, être douée d'une bonne mémoire, être laborieuse, modeste, avoir l'intelligence ouverte, les membres intacts et jouir d'une santé robuste. » - Soranos d'Éphèse

Avant-dernier stage de cette Quatrième année terminé ! J'ai passé trois superbes semaines sur les routes de la Sarthe, à travers les bois et les champs, à la rencontre des patientes isolées du département, loin de tout, pour leur expliquer tout l'art d'accoucher et de devenir parent...

Bonjour à tous,

Ou plutôt, bonne nuit à tous. Il est plus ou moins 4h du matin à l'heure où je commence à écrire ce billet. Non seulement, il fait une chaleur à crever donc il est très difficile de dormir et en plus, je suis plutôt pas mal décalé dans mes heures à cause de mon stage en Néonatalogie, que j'ai débuté cette semaine -nous y reviendrons.

Du coup, je profite de ce temps d'éveil, ou d'égarement disons, entre l'envie d'écrire, de dormir, de manger, de sortir ou d'aller prendre une douche froide, pour écrire cet article, dans lequel je vais succinctement résumer le contenu de ces dernières semaines écoulées et notamment, le temps que j'ai passé lors de mon stage en PMI.

Bonne lecture !

Découverte de la PMI


La PMI, ça fait longtemps qu'on nous en parle, qu'on nous demande d'en parler aux patientes en stage, mais jusque-là, je dois bien avouer que je ne savais pas trop ce que c'était, outre le fait que cela rassemblait plusieurs professionnels de santé spécialisés autour des domaines de la santé des femmes ou des enfants et de la parentalité (des médecins, des puéricultrices, des sages-femmes, des psychologues, etc.). J'imaginais donc tout ce petit monde enfermé dans un local avec des salles de consultation, dans plusieurs endroits du département, prêt à recevoir les personnes nécessitant ou souhaitant bénéficier d'un suivi dans ce genre de structure, avec les avantages (et inconvénients) que cela pouvait comporter. En somme, rien de bien jouasse…

Mais j'ai finalement découvert tout autre chose… et je ne suis pas déçu !

J'ai réalisé ce stage auprès du service de PMI de la Sarthe, plus spécifiquement auprès de la sage-femme en charge de toute la zone est du département et je ne me suis pas senti une seule fois enfermé dans une salle de consultation aseptisée, bien au contraire.

En réalité, j'ai découvert le rôle de cette sage-femme territoriale, au travers de ses déplacements dans toutes ces régions de la campagne victimes de la désertification médicale, de l'éloignement des maternités et d'une certaine forme de précarité, liée aussi à l'éloignement de la ville, des services en général, et dans certains cas même, du climat ! Et oui : comment expliquer à une patiente sans moyen de locomotion l'importance d'un suivi pendant sa grossesse si la première sage-femme libérale à la ronde se trouve à une demi-heure de route, que sa maison est perdue au fin fond du terminus de l'intestin du monde et que, de toute façon, à la moindre grosse pluie comme il y en a eu durant ce mois de Mai, le chemin qui mène à sa chaumière est barrée car la rivière que la route traverse à gué déborde ? Comment dire à une autre qu'il est impératif qu'elle fasse ses échographies à l'hôpital quand le seul moyen pour elle de s'y rendre est de prendre un bus départemental à 8h le matin qui ne la ramènera qu'à 18h le soir ? Ce n'est pas le genre de questions que l'on se pose avec des patientes qui habitent à deux arrêts de tram de la Maternité en centre ville.

C'est cela que j'ai d'abord découvert lors de ce stage. Je me suis rendu compte, moi qui ai quasiment toujours habité en ville, qu'un département, c'est vaste et que même si toutes les routes mènent à une Maternité de type III, toutes ces routes ne sont pas courtes, ni même couvertes de bitume, et que sur ces routes, on ne croise pas toujours un cabinet de médecin ou de sage-femme.

Au cours de ces trois semaines donc, j'ai découvert donc tout l'est de la Sarthe, de nombreux villages, de nombreux lieux-dits…

Et de nombreuses personnes.

La PMI, qu'y fait-on ?


La PMI, c'est d'abord de nombreux professionnels, appartenant plus ou moins directement à cette structure (ou à d'autres), mais y collaborant nécessairement. J'en ai cité quelques-uns plus haut dans l'article, mais il y en a encore et je ne suis pas sûr d'avoir tout retenu, mais en résumé, ajoutons aux médecins, sages-femmes, puéricultrices et psychologues, des assistantes sociales, des assistantes maternelles, des éducateurs spécialisés, du personnel administratif… Ainsi qu'une tonne d'abréviations, de sigles, d'acronymes, pour désigner tout ce monde et les structures dans lesquelles chacun exerce. Beaucoup de sigles, pour beaucoup de monde et beaucoup de choses, mais toujours pour résumer, disons que les actions réalisées vont dans le sens du but recherché, à savoir la protection maternelle et infantile -vous ne l'auriez pas deviné tout seul. En somme, il s'agit de mettre à disposition (et parfois de prendre les devants) des moyens de suivi et d'assistance pour les personnes en situation de vulnérabilité médico-psycho-sociale, que ce soit à l'échelle individuelle, conjugale ou familiale. Et c'est là que l'on retrouve les images qui collent à la PMI, comme cette question des signalements d'enfants à placer, le suivi de femmes et familles en situation de grande précarité, etc. La PMI, finalement, ça peut aller des situations les plus équilibrées socialement dans les cas où ce système est simplement un moyen de suivi facile d'accès dans les zones reculées, aux situations de misère sociale les plus profondes, où ce système est finalement presque le seul moyen d'accompagnement et de prise en charge des personnes concernées.

En ce qui concerne le travail de la sage-femme, il reste à la base celui d'une sage-femme comme une autre : elle réalise des consultations de suivi de grossesse et des consultations de suivi post-natal, des cours de préparation à la naissance et à la parentalité et exerce son rôle de prévention et de dépistage au cours de ses visites ou de ses permanences. Chaque jour donc, nous étions sur les routes de Sarthe, nous rendons selon le programme dans des coins différents du secteur, dans des permanences pour y recevoir des patientes ou le plus souvent directement à leur domicile, pour y faire des consultations ou y donner des cours. Les visites à domicile, c'est un mode d'exercice que j'ai découvert une première fois auprès des sages-femmes en charge des retours à domicile précoces du CHU d'Angers, que j'ai pratiqué chaque matin avec la sage-femme libérale avec qui j'ai travaillé au mois de Mars et que j'ai redécouvert avec plaisir cette fois-ci. J'aime beaucoup finalement ! Mais finalement, l'exercice diffère du fait des contraintes que j'ai évoquées plus haut : ce n'est pas pareil de réaliser un examen dans le confort de son cabinet que dans le salon d'une patiente, ni d'avoir tout le loisir de réaliser ses transmissions écrites quand on le souhaite à son bureau comparée à l'impossibilité d'avoir son petit ordinateur connecté au réseau dans une zone blanche et ce sur le siège de sa voiture…

J'ai finalement eu parfois l'impression de faire de l'humanitaire, à trente minutes de la ville. Mieux encore, je me suis senti comme ces sages-femmes dont j'ai réédité les ouvrages, qui expliquaient comment, aux XVIIe et XIXe siècle, elles devaient parcourir parfois de longues routes avant de rencontrer leurs patientes et leur porter assistance.

J'ai également eu l'occasion de suivre d'autres professionnels, notamment une puéricultrice pendant deux jours, avec qui j'ai pu observer des situations vraiment difficiles, mais surtout découvrir son rôle sur le terrain de la même façon -les seules puéricultrices que je connaissais jusqu'à ce jour étaient les puéricultrices hospitalières des services de Suites de Couches ou de Néonatalogie… J'ai également suivi la sage-femme de PMI en charge des patientes du Mans même, qui n'a certes pas les mêmes contraintes que les sages-femmes plus orientées sur la campagne sarthoise, mais qui n'est pas pour autant exempte de difficultés dans son exercice : le terrain urbain, c'est une autre jungle…

Bilan de ce stage


Je vais être bref : j'ai beaucoup aimé ce stage. Et pour être tout à fait honnête, je craignais que ce soit ennuyeux, ou barbant, ou en tout cas pas ce que je recherche dans l'exercice de sage-femme. Et en fait, pas du tout. J'ai eu la chance de travailler avec une sage-femme sympathique comme tout, passionnée par son métier, qui m'a très vite fait confiance pour mener conjointement les consultations, les cours de préparation à l'accouchement et même les séances de relaxation. C'était vraiment très agréable et très enrichissant. Sans même parler de nos discussions sur les routes de la Sarthe..!

Ces trois semaines ont été un véritable plaisir.


Saint-Calais, le dernier jour, ensoleillé... (pour ne pas rappeler qu'il a fait un temps très mauvais ce mois de Mai !)


Week-end à Paris


Après ce stage, petit week-end détente à Paris. Pour des raisons que je ne développerai pas sur ce blog, j'ai eu un motif pour me rendre sur la capitale avec un ami, et nous avons profité du week-end pour nous balader et visiter le Musée de l'Histoire de la Médecine de l'Université Paris Descartes -vous savez comme j'aime les musées d'histoire de la médecine...


Voilà une belle table d'accouchement en bois du XIXe siècle.

Ainsi que le Museum d'Histoire Naturelle, au Jardin des Plantes, avec notamment, la Grande Galerie de l'Évolution, et la Galerie d'Anatomie Comparée et de Paléontologie -vous savez comme j'aime les squelettes, les organes en bocaux et ces choses un peu morbides...


De gauche à droite : le squelette d'un jeune gorille, des squelettes de fœtus humains et Homo sapiens dans toute sa musculature.


Oh puis en ce moment est exposé un rarissime squelette de T-Rex, que je vous invite à aller voir car il est magnifique, impressionnant par sa taille et son volume. Je suis allé voir Jurassic World 2 ces dernières semaines, et la réalité est au moins aussi impressionnante que la fiction !


Fais risette pour la photo Titine.


Les tortues ont un nouvel aquarium !


Et en parlant de dinosaures, je vous donne quelques nouvelles de mes tortues : j'ai enfin acheté, reçu et monté leur nouvel aquarium ! Mes gros monstres bénéficient désormais de presque 500 litres d'eau pour elles trois, ce qui satisfera bien mieux leur besoin en eau et en espace.


De gauche à droite : ter Stegen le chat pour vous donner une idée de la taille de l'aquarium, Tizé à l'aise dans l'eau, Rosolina qui bronze.

Padova, Tizé, Rosolina.

Elles sont belles n'est-ce pas ? Anecdote : je me suis maladroitement fait un tour de reins en montant cet aquarium. Je me casse le dos pour mes bestioles. Ça doit bien les faire rire, elles-mêmes planquées sous leur carapace : a-t-on déjà vu une tortue souffrir d'un lumbago ?

Toutes les photos présentées dans cet article sont disponibles sur mon compte instagram : je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait pour les recevoir au jour le jour !

Conclusion


Voilà pour cet article, ma foi fort sympathique à écrire ! Je n'y avais pas pris autant de plaisir depuis un moment à vrai dire. Est-ce son écriture nocturne qui me fait songer cela ? Peut-être.

En même temps, il va falloir que je me fasse un instant à la vie d'oiseau de nuit ; mon dernier stage de l'année en Néonatalogie me l'impose. Je dois réaliser un total de neuf gardes exclusivement de nuit. Et je ne tiens pas à inverser mon rythme trop souvent donc j'expérimente, du moins j'essaye de m'astreindre à cette vie presque uniquement de nuit -bien que certains impératifs m'obligent à me lever le jour. Les matchs de la Coupe du Monde de football font partie de ces impératifs-ci, c'est vrai.

On se retrouve donc dans quelques semaines pour discuter de ce stage et faire un petit débriefing de cette Quatrième année des études de sage-femme. Nous verrons, nous verrons !

En tout cas, merci pour votre lecture, n'hésitez pas à laisser un commentaire si le cœur vous en dit, et pour ceux qui en profitent déjà : bonnes vacances ! Bande de chanceux.

Ciao !

Mots clés : #stage, #M1, #le mans, #PMI, #sage-femme, #musée, #tortues, #chat, #Paris, #dinosaure, #squelette, #histoire, #médecine

Autres articles dans la même catégorie :
Stage PMI Le Mans : résumé (03/07/2018)
Stage SDN Sables d'Olonne : résumé (27/05/2018)
Stages SDN et Libéral : résumés (16/04/2018)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « egevra » à l'envers :