Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Premier organe de Cellul'z : le foie

882 0

[Cellul'z] publié le 22/10/2011 à 16h00
"Le monde est fait de sucre et de poussière." - Alfred Döblin

Le développement des organes dans Cellul'z a débuté, comme dit dans le précédent billet. Ça commence avec le foie, et c'est déjà une montagne de choses à développer.

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonjour,

Ce billet aura pour objectif de vous présenter les fonctions du premier organe que vous serez sûrement amené à découvrir dans Cellul'z : le foie. Je vous en ai un peu parlé la dernière foies, alors que j'abordais d'une façon générale le développement des organes. Aujourd'hui, je ne me consacre plus qu'à cet organe précis et je souhaite détailler avec vous les fonctions que je vais recréer. Sortez vos cours de Première, c'est à ce niveau là que nous plongeons.
Image utilisateur
La dernière représentation du foie dans Cellul'z

Le foie, régulateur de la glycémie

Notre foie, en plus d'être une masse importante dans notre ventre, est aussi un des plus grands chimistes de notre organisme et réalise un nombre considérable de transformations à chaque instant. Enfin, chimiste est un grand mot. On pourrait simplifier en disant simplement que c'est notre garde-manger, notre Kinder Bueno pour les petites faims. Sa première mission est de jouer avec notre glycémie : notre taux de sucre dans le sang. Pas assez ? Il lâche de la réserve ! Trop ? Il stocke le surplus sous forme de glycogène qu'il garde ou redistribue dans les muscles et les tissus adipeux -ce qui forme la graisse. Ainsi, grâce au foie, tout le sucre que vous ingérez est correctement distribué tout au long de vos activités et selon les besoins énergétiques qu'elles impliquent.
Stocker, destocker ? Oui mais comment ? Deux méthodes différentes !

Glycogénogénèse : la formation du glycogène

Pour faire simple, le glycogène est un polymère de glucose, une grande chaîne de molécules de glucose, un gros bestiau du morceau de sucre. C'est un stock de glucose qui peut se démonter très vite et être utilisé par la cellule qui en a besoin. Sa production est stimulée par l'insuline, une molécule produite dans le pancréas. L'insuline est produite lorsque notre glycémie est trop importante : le glucose en excès dans notre sang se transforme donc en glycogène sous l'action de cette hormone et le glycogène est stocké dans le foie et dans les muscles. Cela constitue une réserve conséquente de sucre qui sera utile en cas de chute de la glycémie.

Glycogénolyse : la libération du glucose

C'est le principe inverse. Lorsque notre glycémie atteint un niveau trop bas, une seconde hormone intervient, elle aussi produite dans le pancréas : le glucagon. Le glucagon, lui, libère le glycogène que l'on a en réserve et le découpe en petits morceaux de glucose, ce qui a pour effet d'augmenter notre glycémie : notre taux de glucose dans le sang augmente. Cela arrive pendant un effort : vos muscles ont besoin de plus de sucres, le glucagon agit sur le foie et les muscles et le glycogène précédemment formé et stocké se déstocke.

Vous vous apercevez sûrement que c'est une gestion permanente entre les réserves, le glucose déjà présent dans le sang et l'énergie demandée par notre organisme. J'espère avoir été assez clair, que ceux qui n'ont pas encore vu ces choses là ne soient pas perdus. Je vais tenter de vous expliquer ces deux systèmes comme je les envisage dans Cellul'z.

La contrainte de la simplicité

Je vous ai dit que les deux hormones étant introduites dans la régulation de la glycémie (le glucagon et l'insuline) étaient produites dans le pancréas. Il faut prendre en compte le fait que le joueur n'a pas encore créé de pancréas et que pourtant, une aide dans la production de glucose lui serait utile.
De fait, je pourrais simplifier ce système et faire abstraction de ces deux hormones en inventant un quelconque échange semi-équitable d'énergie contre du glucose.
L'inconvénient est que, ce n'est pas l'objectif de Cellul'z de simplifier à ce point ces systèmes, il est donc absolument nécessaire d'introduire ces deux hormones d'une quelconque façon et ce, avant la création d'un pancréas qui ne serait d'aucune utilité avant la création d'un foie.
La solution que je propose est la suivante. On m'a déjà reproché le concept d'argent dans Cellul'z mais je n'ai pas réussi à m'en défaire. Aujourd'hui, je suis plutôt satisfait de ne pas avoir supprimé cet élément car il me permet de résoudre mon problème. L'insuline et le glucagon seront à acheter dans la boutique, aux côtés du dioxygène et du glucose. Leur production sera ensuite automatique dès que le joueur aura créé un pancréas, chose qui pourra se faire uniquement au bout d'un temps de jeu plus conséquent. Le foie ne produisant pas d'argent, il faudra piocher parmi les faibles bénéfices que vous rapportera votre élevage cellulaire.

La glycogénogénèse dans Cellul'z : la banque au glucose

Dans la réalité, une molécule de glucose ne se multiplie pas en devenant du glycogène, elle s'accumule, c'est tout. Ce système n'a aucun intérêt dans le jeu. Ce que je propose alors est une banque au glucose : vous vous privez de glucose, mais en échange, celui-ci se multiplie à une fréquence donnée. Cela permettrait de faire de bons petits paquets sur le long terme... Ces transferts, de votre inventaire vers le foie, seraient constitués du glucose que vous voulez stocker ainsi qu'un nombre d'unités d'insuline calculé en fonction du nombre de glucose que vous souhaitez ajouter. Le bénéfice peut devenir important et le joueur est gagnant sur le long terme.
Le destockage de cette réserve resteraient gratuite. Les intérêts seraient calculés à heure fixe chaque jour, selon le nombre d'unités de glucose présentes dans votre foie.

La glycogénolyse : et paf, ça fait des Chocapics1 !

Sûrement le mode le plus intéressant pour les plus pressés : obtenir du glucose en quantité et en économisant de l'argent par rapport au prix en boutique, que demander de plus ? C'est la glycogénolyse dans Cellul'z : un peu de glucagon et de patience et le glucose vous tombera droit dans les mains. Non non, je ne plaisante pas. Selon ce que je prévois actuellement, il suffira d'acheter du glucagon à un prix faible pour obtenir plus de glucose que vous n'en aurez eu pour le même prix. La seule contrainte ? Il faudra patienter quelques minutes, le temps que le foie réponde à votre demande.
Mais le principe reste intéressant ; il n'y a pas de petites économies. Il vaut mieux conserver cet argent pour les choses qui ne peuvent s'en passer comme l'achat d'un ribosome ou la mitose de 32 cellules. Autant délocaliser ses achats de glucose pour se consacrer financièrement à des choses plus importantes.

Commencez-vous à sentir le poids que représente le boulot de patron de votre plus grande usine ? Gérer sa banque, acheter au meilleur revendeur... En tout cas, moi oui, parce que c'est encore moi qui vais devoir développer toutes ces conneries2 smiley !

Toutes ces choses vont nécessiter une mise en page exemplaire du tableau de gestion du foie. Puis une refonte de la boutique, cette page n'a que trop peu évolué depuis ses débuts et elle est clairement laide. Ajoutez encore des molécules et ça va devenir carrément bordélique. Et bien entendu, tous les algorithmes que vous ne voyez pas. Mais le pire reste de définir les coûts de l'insuline et du glucagon pour que le foie ne devienne ni handicapant, ni un avantage trop important et rende la difficulté de gestion.. nulle. Enfin rassurez-vous, si je m'aperçois lors de la beta test que ça devient trop facile, je saurais réduire les bénéfices de vos cellules, ce qui se répercutera inévitablement dans votre gestion : rappelez-vous, je commande l'économie dans Cellul'z, quoi que vous puissiez tenter smileyirate: !

Voilà, c'est la fin de ce billet. J'espère ne pas m'être trop planté dans l'explication scientifique, je fais ça en me basant sur mes souvenirs de Première et une lecture rapide de Wikipédia ce matin pour obtenir des informations précises sur les molécules dont je vous ai parlé. Si vous avez des remarques sur ce point, n'hésitez pas à les laisser dans un commentaire, je serais ravi de les lire.

Voilà, je me remets au travail ! Ciao !

1. Entre les Kinder Bueno et les Chocapic, vous comprendrez que parler de sucre toute la journée me donne faim.
2. Ouf, ça soulage !

Autres articles dans la même catégorie :
Orchestre symphorganique (20/01/2014)
Période de développement, session hiver 2014 (12/01/2014)
L'Amino-Loto (13/06/2013)

Commentaires

Pseudo :
Recopier « aiwiod » à l'envers :