Accueil
Bio
Articles
Projets
Contact

Article

Bilan du mois d'Avril - 2013

515 2

[Bilan] publié le 01/05/2013 à 19h06
"Marche avec des sandales jusqu'à ce que la sagesse te procure des souliers." - Avicenne

Le mois d'Avril est enterré et avec lui, presque la totalité du second semestre de ma première année de PACES. Bilan, récap, bref vous savez comment ça marche.

Avertissement : Cet article a été publié il y a déjà un certain moment.
Il se peut que son contenu ne reflète plus exactement ma pensée actuelle.

Bonsoir smiley,

Il fait bien moche pour un 1er Mai, on se croirait en plein mauvais week-end de la Toussaint.
Bilan du mois d'Avril, comme prévu ! J'ai déjà pas mal parlé dans le billet précédent, alors je vais essayer de ne pas trop me répéter. À ce propos, toutes mes intros de billet se ressemblent énormément non ? Arf, sûrement, puisque j'aborde toujours l'introduction dans les mêmes conditions, faute au quotidien smiley ! Dans la continuité, même programme pour le reste du bilan ; récap' de ce qui a été dit et fait puis conclusion sur le mois de Mai... Même recette, mêmes ingrédients !

PACES


Je vous invite ici à relire les deux précédents billets, concernant le concours blanc ainsi que ses résultats. Pour résumer, un concours blanc encourageant sur le papier, peut-être pas autant que ça en conditions de vrai concours mais dans la lignée de ce que j'ai fait depuis le début d'année. Je reste accroché à une place satisfaisante pour une première année et c'est très fortement encourageant pour mon redoublement l'année prochaine1.
Le mois d'Avril est d'ailleurs le dernier grand mois de cours de l'année : il ne reste qu'une poignée de chapitres à terminer dans les semaines à venir. Entre autres, nous devons encore traiter les cellules souches, la mort cellulaire, le tissu musculaire et terminer l'anatomie du membre supérieur. S'ajoute à cela, en spé médecine, la fin des cours de bioéthique et de morphogenèse (embryologie). De la paille en comparaison à tout ce qui est déjà fait !

Petites histoires d'organes


Je ne les ai pas publiées sur le blog, par manque de temps -vous pouviez les lire sur Tumblr, Facebook, Google+, etc.-, mais comme il faut bien que je remplisse ce billet, je vous (re)présente mes petites histoires d'organes : de courtes fables directement issues d'un instant artistique au cours du mois. Ça m'a fait beaucoup rire de les écrire.

La belle vie (moins poétique qu'une suite de jeux de mot mais je suis tellement content de la chute smiley !) :

« On ne me dit jamais rein » se plaint le foie. « Oh tu es de mauvaise foie » répondent en cœur les reins. « Vos gueules, vous me pompez l’air »… croyait conclure le cœur, qui était de mauvaise humeur. « Hého, un peu de respect pour notre travail, gardez votre sang froid » renchérissent les poumons. Et le sang, qui ne pouvait se contenir lança à son tour « Bonjour l’ambiance, cette soirée est complètement ratée ! ». « Ça commence à partir carrément en couilles » commenta la rate, un peu timide. « Œil pour œil, dent pour dent » ajoutèrent les couilles. L’œil était bien trop occupé pour participer à la conversation, et ce fût la dent qui répondit « Allons allons, entendez-vous, même si la vie n’est pas si rose ! ».
Et la cirrhose tua le foie, dont on n’entendit plus jamais parler.
Citation : La belle vie


L'histoire du nerf fessier :

« Ah ! De temps en temps, il fait bon poser son cul ! » dit l’os coxal d’un ton jovial. « Il est vrai que ça ne fait pas de mal ! » commenta un muscle glutéal. « Mais dîtes-moi, vous m’écrasez ! » dit alors le nerf fessier. « Pourquoi vous acharnez-vous sur l’une de mes collatérales ? » demanda le plexus sacral. « Un peu de calme, vous n’allez pas en faire un conflit mondial » déclara la moelle spinale, d’un ton colonial. Elle ajouta « Il ne s’agit ici que de s’asseoir, inutile de faire la foire ; rappelez-vous que le tronc est innervé, il pourrait lui aussi très vite s’énerver ». Et sur ces mots qui lui semblaient bons, ce fût au tour du tronc de donner le ton : « Oui, que cesse immédiatement ce chantier, ou je vous laisse tomber ! ».
Et c’est ainsi que notre individu se retrouva couché et que le nerf fessier fût libéré.
Citation : L'histoire du nerf fessier


La complainte du larynx :

« Il fait si noir dans mon couloir » se lamentait tristement le larynx, « comme j’envie les yeux, qui voient le monde merveilleux ». Les yeux entendirent la complainte, et répondirent au larynx sans contrainte : « Avoir une vue de lynx, il n’y a pas mieux ; néanmoins tu te trompes un peu, car malgré notre regard, le monde reste brouillard, car pour notre part, nous sommes bigleux ». Le nerf optique, toujours présent, quoiqu’un peu absent, prit la déclaration pour son compte : « Voilà qu’on me critique ? N’avez-vous pas honte ? C’est votre cristallin qui en fait le moins ! ». Le cristallin, qui ne poussait cri, ne put faire autrement que de rester muet. Alors, c’est la cornée qui répondit : « Mais quelle est cette affaire ? On ne t’a pas sonné le nerf, reste en arrière ! ». Et c’est une petite guerre qui commença. Plutôt que de se taire, l’œil révulsé, se révulsa ; se révulsa tant dans son globe oculaire qu’il tomba.
Le larynx, toujours bien accroché, et qui finalement, cet acharnement n’avait pas demandé, se promit de ne plus jamais rêver d’être œil, et de ses espoirs acheva la deuil.
Citation : La complainte du larynx


Le cerveau laid :

Le cerveau ne se trouvait pas beau et, à bout de solutions, il déclama ce laïus à propos de ses gyrus : « Voyez mes circonvolutions, je suis ridé et c’est très laid. À quoi bon être intelligent si fripé est mon demeurant ? ». « Voyons, reste lucide » dit l’arachnoïde, « nous les méninges, ta substance grise nous protégeons, et plus au fond, ta substance blanche, comme un linge, nous camouflons. ». « Ce n’est pas ta forme bizarroïde qui fait de toi une chose stupide » jugea le cervelet, d’ordinaire en retrait. « Malgré tes sinus, c’est grâce à toi que le corps est consensus et que celui-ci vaut de l’or » fit remarquer le thalamus, « Que te faut-il de plus ? ». « Ton analyse est trop terre à terre ! » renchérit l’hypophyse. Et de manière synchrone, les neurones ajoutèrent : « C’est bien toi sur le trône, puisses-tu rester prospère ! ».
Ragaillardi, le cerveau comprit et désormais raisonné, par plus objectifs que lui, ne se soucia plus de son aspect.
Citation : Le cerveau laid


Les habits des organes, petit hommage à notre prof d'anatomie générale qui nous décrit chaque feuillet recouvrant les organes (plèvres, méninges, ...) comme des sacs poubelles :

Tort à ceux qui considèrent que la mode n'est que factice ; le corps sait y faire en artifice, et s’accommode à sa méthode. Prenez le péricarde, qui, malgré sa couleur blafarde, habille le cœur pour que personne ne le regarde. À toute heure, cette robe n'est jamais ringarde, et englobe le cœur d'une douce chaleur. Contemplez le péritoine, qui, jaloux de ses organes, couvre de plis son patrimoine. Appréciez la plèvre, autour des poumons, un vrai travail d'orfèvres. Ils ont besoin que nous les protégions, mais cela peut se faire de belle façon. Dans le crâne comme dans le dos, les méninges enveloppent l'encéphale, et jusqu'à la pointe de leur queue de cheval, ces couches de linge encapent la moelle. Elles ne nous différencient pas du singe ; au moins nous épargnent-elles de nombreux maux. Enfin, les aponévroses, qui autour des muscles se disposent, couvrent l'ensemble en parfaite symbiose. Ne trouvez-vous pas ça grandiose ? Pour autant ne vous moquez pas d'elles, aucune de ces parures ne fait office de sac poubelle, car quand tout devra être jeté, ces fioritures comme vous les considérez, demeureront, et pour un temps seulement, les seules à vous habiller.
Citation : Les habits des organes


Je me suis lâché sur certaines rimes, pas évident de trouver quelque chose avec larynx ou méninges (je pense que je les ai toutes faites). Elles ont eu leur petit succès sur Facebook (moi qui n'y écris jamais rien d'ordinaire !), mon égo en fut tout à fait comblé smiley ! J'en écrirai sûrement d'autres à l'occasion.

En vrac


Vrac des petites infos :
- j'ai un nouveau fauteuil : depuis Septembre dernier, je fais avec un fauteuil dont le dossier ne tenait plus et une chaise pliable bien dure, trop basse et oblique. Je ne déteste pas passer mes journées assis à mon bureau mais avec mon nouveau siège de roi, je n'ai jamais autant aimé le faire smiley !
- ce matin, c'était brocante dans ma rue (dommage, il a plu) : occasion de sortir et pour moi celle de m'offrir un énorme bouquin d'anatomie et de physiologie d'à peu près 1200 pages... pour 2€ au lieu d'environ 80. Pas mal comme affaire n'est-ce pas ? De nombreux chapitres abordés au cours de cette première année ; ça me servira sans doute pour accompagner mes révisions l'année prochaine.
- ce matin, ou plutôt cette nuit, j'ai eu un nouveau chaton. On n'aurait pas dû le garder à cause des risques de consanguinité à la conception (depuis, mes chats sont stérilisés), mais histoire amusante, le chaton a tout de suite été adopté par deux chattes : avec l'actualité du moment, un chat avec deux mamans, c'est marrant.
- en ce moment, je lis "Le médecin d'Ispahan" de Noah Gordon, un roman qui permet de découvrir l'enseignement de la médecine au XIème siècle. On y rencontre notamment Avicenne, médecin extrêmement célèbre, le « Canon de la médecine », que j'ai eu l'occasion de voir brièvement dans mes cours. Une manière de couper un peu avec les révisions.. quoique, ça revient tout de même à lire les aventures d'un gars qui révise en vue de passer ses examens dans son école de médecine. À la différence que, perso, je n'ai pas à connaître la loi islamique par cœur smiley !

Prévisions du mois de Mai


Ouf ! Dernier mois de cours... Dernier mois de l'année d'ailleurs !
Lundi 6, retour en amphi pour deux jours de cours puis 5 jours grâce au 8 Mai et au week-end de l'Ascension : 5 jours à consacrer aux révisions.
Lundi 13, une semaine de cours, la dernière. Vendredi, c'est fini, au revoir l'amphi jusqu'à l'année prochaine. Samedi 18, mariage de mon père. Ça s'annonce chargé comme semaine. Puis dès dimanche, dernière semaine de révisions. Jusqu'au lundi 27, concours. Je pense sans me tromper que le mois va passer extrêmement vite.
Dernière ligne droite ! Après ça, plus qu'à attendre les résultats la première quinzaine de Juin et probablement vacances2. Vacances que je passerai à travailler mes cours tout de même, mais on y reviendra.

Conclusion


Ainsi s'achève ce bilan. C'est bientôt terminé. Néanmoins, the show must go on et je dois encore jouer ces dernières notes. En attendant, je vous dis à la prochaine, en espérant que ce sera avant le 1er Juin prochain et vous remercie de votre lecture. Portez-vous bien, soyez sages et bon courage si vous avez des examens à valider aussi ce mois-ci.

Ciao !

PS : Je me rends compte en publiant ce billet que le devblog 2.0 a fêté un nouvel anniversaire ! Deux ans pour celui-ci -et bientôt 3 pour le devblog en comptant la première version, on fêtera ça dignement ;) !-, c'est dingue comment le temps passe vite !!!

1. Redoublement éventuel ! Qui sait, un miracle et me voilà propulsé de 300 places en avant !
2. Probablement, cf 1 smiley !

Autres articles dans la même catégorie :
Bilan du mois de Septembre - 2016 (01/10/2016)
Bilan du mois de Janvier - 2016 (01/02/2016)
Bilan du mois de Septembre - 2015 (01/10/2015)

Commentaires

elfabixx
04/05/13, 09h42

smiley

Flavio46
06/05/13, 10h25

Faut que je pense à rajouter un filtre anti-commentaire trop court smiley !

J'ai repris les cours aujourd'hui : ça fait du bien !

Pseudo :
Recopier « astoka » à l'envers :